Un prêtre brésilien excommunié à cause de son soutien aux homosexuels: «heureusement que le bûcher n’existe plus»

Le père Roberto Francisco Daniel, 48 ans, s’est attiré les foudres des autorités catholiques après avoir annoncé pendant le week-end sur les réseaux sociaux qu’il abandonnait «l’exercice de son ministère sacerdotal» car il refusait de revenir sur ses positions de défense de l’homosexualité et de la bisexualité. Il prône un changement de l’Église «face aux nouvelles réalités», notamment dans le plus grand pays catholique du monde qui recevra le pape fin juillet dans le cadre des Journées mondiales de la jeunesse catholique (JMJ).

Il a ensuite été accusé «d’hérésie» et de «schisme» par le diocèse de Bauru (Etat de Sao Paulo), qui a annoncé lundi l’avoir excommunié.

«Heureusement que le bûcher n’existe plus! Car j’y aurais été conduit», a déclaré le prêtre dans un entretien au quotidien O Globo mardi, une allusion aux pratiques de l’Église qui, au Moyen-Age, brûlait les hérétiques.

Homophobe

«Mon intention est de développer une discussion théologique pour que l’analyse des textes de la Bible ne soit plus utilisée pour la discrimination», affirme le père Beto, comme l’appellent ses fidèles, dont la plupart le soutiennent. «Aujourd’hui la diversité sexuelle existe et il y a de nombreux textes de la Bible que nous ne pouvons plus considérer comme la parole de Dieu», souligne-t-il.

Le père Beto, qui apparaît régulièrement verre de bière à la main et vêtu d’un tee-shirt du Che Guevara sur les vidéos qu’il poste, déplore que «l’Église catholique soit encore homophobe, malgré tous les homosexuels qui en font partie». «Elle est fermée au monde d’aujourd’hui et au dialogue. Elle ne tolère pas la réflexion», regrette encore le prêtre pour qui «il est devenu impossible de vivre l’Évangile dans une institution où la liberté de réflexion et d’expression ne sont pas respectées».

Excommunié, il indique qu’il va «continuer à exercer son magistère, en pratiquant la réflexion comme théologien».

« Erreur lamentable de l’Eglise »

Pour le président de l’Association brésilienne des Gays, Lesbiennes et Transsexuels (ABGLT), Toni Reis, l’excommunication du prêtre est «inacceptable et une erreur lamentable de l’Eglise».

«En tant que dirigeant homosexuel et catholique, je dis que c’est un retour en arrière de l’Eglise qui prêche l’amour et la solidarité mais bafoue quelqu’un qui prône le respect des autres. On se croirait sous l’Inquisition», s’est-il plaint auprès de l’AFP.

«L’Église catholique devrait d’abord se préoccuper de l’hémorragie de ses fidèles», a-t-il affirmé avant de souhaiter que le père Beto devienne «un exemple pour le monde».