Le licenciement de Luc Trullemans est une «réponse juste et adéquate», selon le Centre pour l’Égalité des Chances

Le CECLR dit avoir été informé du texte publié sur la page Facebook du météorologue par la presse et par «des signalements». «Il ne fait aucun doute que ce texte constitue une manifestation d’islamophobie qui véhicule des préjugés grossiers à l’égard de la communauté musulmane», souligne-t-il. Ce discours, selon lui, pourrait tomber sous le coup de l’article 22 de la loi antidiscrimination. Toutefois, cet article «requiert que l’on se penche sur l’intention de l’auteur des propos pour pouvoir établir si les limites de la liberté d’expression ont été dépassées».

Le fait que l’intéressé ait rapidement retiré le texte litigieux de son journal Facebook, qu’il ait présenté ses excuses à la communauté musulmane et qu’il ait expliqué la raison pour laquelle il l’avait posté «peut laisser penser qu’il n’y avait pas d’intention au sens de la loi».

Le Centre conclut en précisant qu’il restera très attentif, durant les prochaines semaines, à l’évolution de la situation et proposera, sur son site, «une analyse plus large et détaillée de la nature et du phénomène de l’islamophobie».

Luc Trullemans a été licencié lundi, pour faute grave, par RTL, après avoir publié vendredi dernier sur sa page Facebook un message qualifié de «raciste» par la chaîne privée. Le météorologue, qui prétend avoir agi sous le coup de l’émotion, avait été victime plus tôt dans la journée d’une agression de la route. Il avait rapidement retiré le message incriminé et publié des excuses.