Rubygate: l’accusation dénonce «un système de prostitution pour satisfaire sexuellement Berlusconi»

«Les jeunes femmes invitées dans la résidence privée de celui qui était alors chef du gouvernement faisaient partie d’un système de prostitution mis en place pour la satisfaction sexuelle personnelle de l’accusé Silvio Berlusconi», a déclaré Ilda Boccassini, dans un réquisitoire de plusieurs heures dont la bande son était diffusée en direct sur la chaîne de télévision Sky TG24.

M. Berlusconi est jugé depuis avril 2011 pour avoir versé de l’argent, entre janvier et mai 2010, contre une dizaine de prestations sexuelles à Karima El Mahroug, alias «Ruby la voleuse de coeurs», mineure à l’époque, et pour avoir fait pression sur la préfecture de Milan afin de la faire libérer après son interpellation pour un vol.

Tant le magnat qui dénonce des juges «politisés» que Ruby affirment ne jamais avoir eu de relations sexuelles. Dimanche, l’une de ses chaînes de télévision, Canale 5, a diffusé une longue émission spéciale intitulée «La guerre de 20 ans : Ruby, dernier acte», où le Cavaliere et la jeune fille ont parlé de soirées «complètement normales».

Le jugement est attendu vers la fin du mois.

Dans son réquisitoire, la procureure a expliqué que Ruby, comme la plupart des autres jeunes filles qui participaient aux soirées chez le Cavaliere, cultivaient «un rêve italien négatif», attendant du magnat «de l’argent facile et la possibilité de travailler dans le monde du spectacle».

De l’argent en grande quantité

Mme Boccassini s’en est prise au passage à Ruby, l’accusant d’avoir joué la victime de conditions de vie misérables et d’un père qui la maltraitait. Pour la procureure, ses parents sont des personnes «très dignes qui élevaient comme ils le pouvaient» une jeune fille rebelle et fugueuse. Après être devenue «la favorite», Ruby «recevait directement de Silvio Berlusconi ce dont elle avait besoin pour vivre, en échange des soirées à Arcore», a encore indiqué la procureure. Pour Mme Boccassini, selon laquelle la jeune Marocaine a dormi plusieurs nuits à Arcore, «il n’y a pas de doutes que Ruby se prostituait», compte tenu de «l’argent dont elle disposait en grande quantité».

Elle a aussi souligné le rôle de l’ex-conseillère régionale Nicole Minetti dans un «système de prostitution» au profit de M. Berlusconi, alors qu’elle savait que la jeune fille était mineure.

La procureure a par ailleurs dénoncé les pressions exercées par M. Berlusconi pour faire libérer Ruby après son interpellation pour un vol dans la nuit du 27 au 28 mai 2010. «J’ai pu démontrer au-delà de tout doute raisonnable que, cette nuit-là, les fonctionnaires de la préfecture remirent en liberté la mineure suite à une intercession du président (du Conseil)», a-t-elle dit.