On se dirige vers un été pourri: il risque de pleuvoir et de faire froid... les 3 prochains mois!

« L’élaboration de nos prévisions saisonnières est basée notamment sur l’analyse des principaux modèles numériques (européen et américain en particulier), dont les résultats ne sont pas optimistes : certains calculs envisagent la persistance d’une anomalie froide pendant les 3 mois de l’été (juin, juillet, août) conjuguée à des précipitations excédentaires. Certes, il s’agit d’une moyenne trimestrielle qui ne permet pas de mettre en évidence quelques pics de chaleur ponctuels, mais la tendance serait celle d’un été pourri. »

Si vous n’êtes pas encore groggy, la chaîne en remet une couche : « En regardant ce qui s’est passé lors des années où les printemps étaient maussades, on constate qu’à plus de 80 %, ils étaient suivis d’été frais et humides. Dans les années 1960, puis 2000, aucun printemps « pourri » n’a été suivi d’un bel été. Dans les décennies 1970, 80 et 90, on trouve trois exceptions : 1975, 1983 et 1995, où les étés furent très chauds mais aussi orageux. Seule l’année 1983 est l’exception qui confirme la règle, avec un mois comparable à celui que nous connaissons, suivi d’un mois de juillet caniculaire. »

Qu’en pense l’IRM ? C’est à découvrir dans nos éditions de ce lundi