On discute, ce lundi, des dotations de la famille royale entre partis ayant négocié la réforme de l’Etat

Dans son chapitre «renouveau politique», l’accord institutionnel prévoit de mettre en oeuvre à partir du prochain règne les recommandations formulées par le Sénat sur ce sujet en juillet 2009. Au mois de janvier, à la suite de la polémique qui a entouré la fondation créée par la Reine Fabiola, Elio Di Rupo a dit son souhait d’accélérer le rythme de cette réforme. Il l’a confirmé la semaine dernière à la Chambre alors qu’il était interrogé à propos de la transmission d’une résidence espagnole de Fabiola à ses neveux.

Le Premier ministre n’avait pas caché son «réel malaise à l’égard de ces épisodes à répétition». «Dans ce contexte, je ferai prochainement des propositions concrètes de réforme du système des dotations aux présidents des huit partis de la majorité institutionnelle devant le Comité de mise en oeuvre des réformes institutionnelles» (Comori), avait-il ajouté.

La réforme prévoit que la dotation du conjoint survivant du chef de l’État ne pourra pas dépasser celle de son héritier, l’usage de la dotation sera contrôlé par le premier président de la Cour des comptes, les montants des principales rubriques devront être publiés chaque année et la part de la dotation consacrée au traitement proprement dit devra être précisée.