En ce momentNouveau SudinfoCharleroi - StandardCrise énergétique Accueil

Confrontée au ressenti des élèves, la direction de l’Institut Sainte-Marie a initié deux « Happy Days » ces jeudi et vendredi, afin d’égayer le quotidien de tous. « On a essayé de rendre l’école positive et festive pour lutter contre la morosité ambiante », commente Eric Boucher, sous-directeur. « Les élèves alternent cours en présentiel et par vidéoconférence. Or, quand ils viennent à l’école, c’est souvent pour des évaluations, les sorties sont interdites, les activités culturelles limitées, les intervenants très rares, les cours de sport restreints à de la marche, bref il y a très peu d’activités pour se distraire et se défouler. L’école n’est pas très gaie en ce moment », résume-t-il.

Flashmob

Dès lors, pour rompre la monotonie du quotidien, différentes initiatives ont vu le jour lors de ces deux jours de fête. L’école a d’abord été décorée avec des ballons et des guirlandes, une série de messages positifs et d’encouragement ont été disséminés dans l’école et sur les casiers des élèves (rédigés par les profs et certains élèves eux-mêmes), de la musique a été diffusée dans les couloirs et dans les cours de récréation etc. Une flashmob a aussi été organisée. « Marie Gathy, professeure de gymnastique, a mis au point quelques pas avec le groupe de première année sur le morceau très dansant « Baianá » de Bakermat. Elle a filmé la classe et la vidéo a été postée sur les valves numériques afin que chaque élève puisse répéter chez lui. Les flashmob se sont tenues sur le temps de midi dans la cour de récréation, par niveau, en respectant les règles sanitaires », explique Laure De Jonge, sous-directrice.

Un concours de déguisements

Chaque classe avait en outre reçu un code couleur et les élèves étaient invités à s’habiller en conséquence. La majorité des enseignants a joué le jeu, à l’image de Pierre Xhonneux déguisé en clown chatoyant. « Un concours de photos de classe a été lancé. Le gros lot sera de la nourriture mais nous n’avons pas encore décidé quoi », indique-t-elle encore. Un photomaton a par ailleurs été installé pour prendre quelques photos souvenirs.

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne pour 3,30€/mois

Je suis déjà abonné, je m'identifie

*********** ** ******** *** ********* ** ********* ** ************ ************ * ******* **** ************* ************ *** ***** ** ********* **** *********** ** ********* ** ***** ********** * ******* ** ****** ********** ******** ** ******* **** ****** ****** ** ********* ***************** ******** **** ******** *************** *********** ******** ********* ***** ** *********** ** *** ****************** *** ***** *** ******** ** *********** ******* ******* **** *** ************* *** ******* **** *********** *** ********** *********** ********** *** ************ ***** ****** *** ***** ** ***** ********** ** ** ** ******* **** ** * * ***** *** ************** **** ** ********* ** ** ********** ********** ******* *** ***** **** ** ** *************** *************

********

** ******** ** *************

Offre exclusive ! Accès illimité à partir de 3,30€/mois

aux articles Sudinfo, LaMeuse, LaNouvelleGazette, LaProvince, NordEclair et LaCapitale

J'en profite Je suis déjà abonné, je m'identifie
Sudinfo

Aussi en

Voir plus d'articles