Guerre urbaine, au Caire, entre partisans et adversaires de Morsi

Des dizaines de milliers de partisans des Frères musulmans, harangués par leur chef décidé à poursuivre la mobilisation, ont manifesté vendredi pour exiger le retour du président Mohamed Morsi évincé par l’armée, dans un climat de tension extrême marqué par des heurts ayant fait trois morts.

A l’issue d’une journée de manifestations des deux bords, des affrontements ont éclaté dans la soirée au Caire aux abords de la place Tahrir entre pro et anti-Morsi.

Des tirs étaient entendus et les deux camps se jetaient des pierres sur le pont du 6-Octobre à proximité de la place emblématique de la capitale égyptienne, où s’étaient rassemblés des milliers d’opposants au président islamiste. Il y a plusieurs morts.

L’armée égyptienne va intervenir pour mettre fin aux affrontements. «Nous ne prenons pas parti. Notre mission est de protéger la vie des manifestants», a affirmé le colonel Ahmed Ali. «L’armée va intervenir pour séparer» les deux camps, a-t-il ajouté.