Le Roaccutane, le médicament qui rend fou: Lara est hospitalisée depuis un mois

«  Je n’en peux plus. Lara est hospitalisée depuis un mois et aucun médecin ne trouve ce qu’elle a ». Chloé, 21 ans, est désespérée. Depuis deux mois, elle voit sa sœur souffrir sans raison apparente. « Ça a commencé avec un délire puissant, raconte-t-elle. Lara pensait être enceinte, mariée, avec des enfants. Et puis elle a fugué. Nous l’avons hospitalisée, mais malgré tous les examens des médecins, aucune cause n’a été trouvée et son état s’est empiré». En quelques jours, Lara perd le sommeil, l’appétit, la parole. Ses muscles s’atrophient, elle pleure constamment. Elle est alors soupçonnée de schizophrénie.

Chloé était découragée lorsqu’une amie lui a parlé d’un reportage diffusé dans les médias français sur le combat de Daniel Voidey, le père d’un adolescent qui s'est suicidé après avoir pris le médicament. Il avait laissé un message vocal dans lequel il affirmait que ce médicament était le responsable de toutes ses souffrances.

Nous avons vérifié. Le Roaccutane est très agressif. Il comporte une liste de 152 effets secondaires, allant de maux de tête passagers aux vomissements et, en tout dernier sur la liste, le risque de suicide. La peau desséchée, les lèvres gercées et les saignements de nez sont quant à eux quasi systématiques. Il est étonnant, dès lors, que le médicament soit interdit en France et aux USA à cause des nombreux suicides, alors qu’en Belgique les dermatologues nient cet effet.

Une enquête à découvrir dans nos éditions de ce jeudi