En ce momentNouveau SudinfoCrise énergétiqueCharleroi - Standard Accueil

C’est un lecteur qui nous a avertis via le bouton orange ALERTEZ-NOUS de lanouvellegazette.be. Il a récemment reçu un courrier surprenant d’un établissement carolo. « Nous vous avons contacté la semaine dernière pour la vaccination contre le coronavirus. Malheureusement, c’est une désolation pour nous : la Région wallonne nous a, cette semaine, interdit de vacciner les patients à l’hôpital. Pire : le stock disponible à la pharmacie a été réquisitionné pour les centres de vaccination, nous nous trouvons donc sans aucune dose. Malgré l’intervention de notre association professionnelle et de la direction, rien n’y a fait. »

Le patient, qui dépend du service de néphrologie-dialyse, n’en revient pas ! Pour y voir plus clair, nous avons pris contact avec le docteur Desmet, président du Groupement des Néphrologues Francophones de Belgique, les spécialistes du rein autrement dit. Il officie dans la région et est bien évidemment au courant du problème, mais il tient tout d’abord à poser le contexte global.

20 % de mortalité

« En 2020, en Belgique, 1.250 personnes ayant des problèmes rénaux, sous dialyse ou ayant reçu une greffe, ont été infectées par le Covid-19. Parmi elles, 250 sont décédées, ce qui représente un taux de mortalité d’environ 20 %. On peut donc clairement parler de patients à haut risque. D’ailleurs, la France a décidé de les vacciner en priorité dès janvier. Chez nous, nous avons dû attendre deux mois et demi pour que nos demandes soient entendues. Nous avons reçu un premier avis favorable fin février/début mars. Nous avons donc aussi commencé à les vacciner. »

On s’en souvient, au début de la campagne, les hôpitaux servaient de grande plateforme pour « piquer » le personnel de première ligne ou encore certains profils à haut risque. Et les malades concernés en ont bénéficié, mais… « Depuis trois semaines, on ne peut plus avoir accès à des doses via nos pharmacies. Tout est réquisitionné pour les grands « vaccinodromes ». Pour les patients qui commencent un traitement en dialyse, ou le suivent à domicile, cela devient difficile. »

« Tout est prêt »

Et le docteur Desmet poursuit, très remonté : « Là, via la plateforme Qvax, on vient d’établir des listes d’attente pour des doses surnuméraires parmi la population. C’est un véritable scandale, qu’on nous donne ces flacons pour des personnes en danger ! Nous avons toute l’infrastructure nécessaire pour injecter les vaccins, dans un milieu hospitalier, avec des gens qui en ont besoin. Personnellement, quand nous avions reçu la première autorisation, j’avais vacciné mes 80 patients en 36 heures. Mais non, pour l’instant, les responsables désirent juste faire du chiffre à tout prix dans les grands centres ! »

Reste à espérer que son appel et celui de ses patients soient entendus.

Loïc Dévière

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne pour 3,30€/mois

Je suis déjà abonné, je m'identifie

C’est un lecteur qui nous a avertis via le bouton orange ALERTEZ-NOUS de

** ******** *** ******* ** ******* ** ********************* ****** ******* ********** **** * **** **** ****** **** ***** **** ******* **** ** ******* ******* ********** ** ********** *** ************* ************ ** ********* *** ************* ** **** ********* **** ** ******* **** ** ******* ** *** **** *********** ** ******* ** ********** **** ** ***** **** ********* ** ***** ** ******** *******

********* ** **********

********** ***** ** ********* ***** ********* ***** *** ********** ******** **** ******* ** ***** ***** *** ******* *** ***** ********** *** ** ********* ***** ****** *** **** ************ ** *** *********** ** **** ** ********** *********** ********** ** **** **** ********** ****** ** ******** ** **** ******* ************* ** ****** * ******** ** *** ******** ** ********* **** ******** **** ***** **** ***** *** ******** **** **** ** **** **** *** *** ******** ****** ********** **** ***** ***** ** ******* **** ********* *** *************** ***** **** ***** **** ***** ********* ** *** *****************

** ****** ********* ** ****** ** ** ********* *** ********* ********* ** ****** ********** **** ********************** ** ********* ** ********* ***** ** ****** ******** ******* ** **** ******* ** *** ******* ********** ** *** ************* ******* ************** ***** ********* ** ** **** **** ***** ****** ** *** ***** *** *** *********** **** *** *************** **** *** ****** ****************************** **** *** ******** *** ********** ** ********** ** ******** ** ** ******* ** ********* **** ******* ******************

************ *** *************

** ** ******* ****** ********* ***** *************** ************ *** ** ********** ***** ** ***** ************ *** ****** *********** **** *** ***** ************** ***** ** *********** ******* ** ********** ********* ******* **** ***** *** ******* **** *** ********* ** ************* **** ***** ***** ****************** *********** **** ******** *** ******** **** ** ****** ************ **** *** **** *** ** *** ******* **************** ***** **** ****** ***** ** ********* ************* ********* ******** *** ** ******** ** ** ******* **** **** **** ************ *** ************ ********* ***** ***** ** ******* ** **** **** **** *** ****** **********************

***** ** ******** *** *** ***** ** ***** ** *** ******** ****** *********

***** *********

Offre exclusive ! Accès illimité à partir de 3,30€/mois

aux articles Sudinfo, LaMeuse, LaNouvelleGazette, LaProvince, NordEclair et LaCapitale

J'en profite Je suis déjà abonné, je m'identifie
Sudinfo

Aussi en

Voir plus d'articles