Hausse «inquiétante» des enfants victimes des conflits dans l’Est de la RDC

Le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) s’est inquiété de la hausse « inquiétante » du nombre d’enfants victimes des conflits qui secouent le Nord-Kivu, une province instable de l’Est de la République Démocratique Du Congo. « La reprise du conflit entre les Forces armées congolaises (FARDC, armée gouvernementale) et les groupes armés (le M23 et l’ADF-Nalu) dans la province du Nord-Kivu est un risque direct pour les enfants vivant à l’intérieur et autour des zones où se déroulent les combats », écrit l’organisation dans un communiqué. « L’Unicef a reçu des rapports inquiétants d’enfants tués ou blessés dans les affrontements en cours. Les informations disponibles montrent une tendance inquiétante où les enfants sont de plus en plus comptés parmi les victimes », est-il précisé. Le 14 juillet, après environ deux mois de trêve, de violents combats ont repris entre l’armée et la rébellion congolaise Mouvement du 23 mars (M23) près de Goma, capitale du Nord-Kivu. Ces nouveaux affrontements ont, selon l’ONU, poussé 5.000 personnes (pour majorité des enfants) à fuir.