ULG: des poissons éduqués pour aider la police à retrouver les cadavres

Marc Ylieff, maître de conférences à l’ULg et coresponsable du laboratoire d’éthologie des poissons et des amphibiens, explique ainsi : « L’idée est donc d’élever et de reproduire de jeunes carpes qui seront nourries d’aliments imprégnés d’odeurs de cadavre. Nous envisageons de travailler par imprégnation, une technique qui vise à mettre les larves en contact avec des odeurs de cadavres, ainsi à l’âge adulte, les poissons seront prédisposés à reconnaître les odeurs cadavériques.»

Tout le défit de ce travail est de faire en sorte que les valeureuses carpes, dotées d’émetteurs, soient à même de conduire les enquêteurs là où se trouvent les corps humains en décomposition.

Un dossier complet d’une page à découvrir ce samedi dans La Meuse.