Le Standard a remporté ses cinq premiers matches officiels de la saison: Guy Luzon va-t-il battre le record de Michel Preud’homme?

Notre sondage exclusif avant les trois coups du championnat avait déjà révélé une certaine confiance des internautes dans ce Standard cuvée 2013-2014. Au lendemain de la victoire du Lierse, et ce même s’il faut relativiser la valeur des adversaires affrontés pour l’instant par les Rouches, plus d’un votant sur deux voit dans cette équipe un candidat crédible pour le titre.

Qui aurait cru ça, voici à peine quelques semaines, alors que Roland Duchâtelet était pris dans une tornade de critiques? Qui aurait misé sur un 5/5 de Guy Luzon et ses troupes? Et puisqu’on en est aux comparaisons, qui aurait prédit le titre de champion au Standard à l’aude de la saison 2007-2008, sous les ordres de Michel Preud’homme?

Depuis la manifestation du 27 juin, lors du Fan Day, tant Roland Duchâtelet que son coach font tout pour plaire au public. Personne n’est parti, des contrats ont été revus à la hausse, de gros poissons sont arrivés (De Camargo, Stam, Ben Haim, Thuram) et le T1 des Rouches enchaîne les matches victorieux tout en soignant son image. La preuve encore, dimanche dernier, avec ce tour d’honneur en compagnie de sa petite famille. «Quand ma famille est à mes côtés, je me sens bien et je voulais leur faire partager ce bonheur. Et également partager cette joie avec tous nos supporters qui nous suivent depuis les premiers matches amicaux.»

Cinq sur cinq, donc. Mais après? Commencer par un six sur six, cela n’était plus arrivé depuis Laszlo Bölöni, en 2008-2009. Cinq succès de rang pour commencer la saison, le Standard n’avait plus connu cela depuis 2007-2008 et Michel Preud’homme. Sous la férule de l’ancien Soulier d’Or, le Standard avait même réussi 7 victoires: cinq en championnat (Zulte-Waregem, Brussels, Cercle, Roulers et FC Bruges) et deux en tour préliminaire de l’UEFA (Kaërjèng).

Cette équipe réalisera-t-elle le 7/7 en battant Xanthi et surtout Genk, dimanche? «Cette équipe est déjà rodée, elle a été la meilleure en playoffs 1 et à l’exception de Mujangi-Bia, c’est la même que sous Mircea Rednic. Genk, ce sera difficile mais non ce ne sera pas un test. La voir commencer ainsi n’est certainement pas une surprise», analyse Manu Ferrera, T2 de Michel Preud’homme lors du titre.