Laurent Cabrol avait prédit un été pourri: "Oui, je me suis trompé!"

C’était le 27 mai dernier. La Chaîne Météo prévenait : « On se dirige vers un été pourri: il risque de pleuvoir et de faire froid... les 3 prochains mois! ». Deux jours plus tard, Laurent Cabrol confirmait : « Il pourrait ne pas y avoir d’été cette année ».

Aujourd’hui, Laurent admet s’être trompé. Dans le Parisien, il déclare : « Oui, et je me suis trompé. J’ai dit qu’on aurait un été pourri à 60 %, à 30 % un été normal et à 10 % un été très chaud. Je me basais sur les statistiques des trente dernières années, une eau très froide et une atmosphère très humide. (...) J’ai pris l’option des 60 %. Juin a été conforme à mes prévisions, pas juillet qui a amené un air chaud et sec qui a fait basculer l’été ».

Il explique aussi : « Ce qui me surprend, c’est qu’on soit dans l’exception alors que tous les risques étaient réunis pour que l’été ne soit pas bon. On avait 10 % de chances, je l’avais évoqué, mais on a juste retenu : « Cabrol a dit que l’été sera pourri. » Sur les réseaux sociaux, ce que vous dites peut vous échapper complètement... Je donne les prévisions à moyen terme depuis dix ans. Je me suis souvent trompé, j’ai eu de bons résultats aussi, mais c’est la première fois que c’est autant repris. A l’avenir, je me prononcerai en mettant davantage de réserves ».

Depuis, il est l’objet de moqueries : « C’est facile de critiquer lorsqu’on ne prend aucun risque. N’importe quelle chèvre est capable de prendre les prévisions de Météo France et de les recracher. A tous ceux qui critiquent, je leur dis : prenez des risques comme moi et je vous respecterai. Sinon, vous restez les planqués de la météo. (...) le public doit savoir qu’aucune prévision n’est fiable à 100 %. Le ciel commande, pas nous. A 48 heures, on a 80 à 85 % de fiabilité, 75 % à trois jours, 70 % à cinq, 65 % à dix et autour de 55 à 60 % à trois mois ».