Facebook : dons et échanges ont la cote sur «BXL à Récup»

« Le web et les relations humaines ne font pas bon ménage », entendons-nous souvent. Mais c’était sans compter sur Carolyne Missdigriz qui balaye en quelques clics les préjugés en créant « Bxl à Récup ». Une page Facebook qui permet, comme son nom l’indique, de récupérer tous types de bien en région bruxelloise. «  En pratique, on peut donner ou échanger un bien. Des annonces avec une photo et une description sont là pour regrouper tous les objets disponibles sur la page », explique l’habitante de Forest.

Seule règle à ça ? La gratuité ! «  Demander de l’argent sur Bxl à Récup est interdit. Le troc est autorisé car il y a une logique d’échange. Mais nous veillons à ce que ça ne soit pas de la vente déguisée. L’objectif est que la page reste avant tout le plaisir d’offrir. »

Si bien que l’idée séduit plus d’un Bruxellois. Plus précisément, « 6.836 membres » aux derniers décomptes de Carolyne. « Le groupe a très vite augmenté avec 1.000 adhérents par mois. Le succès de Bxl à Récup m’est un peu tombé dessus par hasard. Je ne m’y attendais vraiment pas. Mais je dois tout aux nombreuses personnes qui m’aident et surtout à ceux qui sont solidaires. »

La solidarité, voilà un mot qui lui colle à la peau. Du haut de ses 29 ans, Carolyne a souvent dû faire contre mauvaise fortune bon cœur. « Je suis moi-même issue du système D. D’ailleurs tous les objets chez moi proviennent de la récupération. C’est devenu une véritable philosophie de vie.  »

De plus, « la générosité n’est pas quelque chose qui se perd de nos jours. Bxl à récup en est la preuve. C’est très intéressant de voir ce qui se passe d’un point de vue ethnique ou même sociologique. Non seulement on donne une nouvelle vie à un objet mais en plus il y a un échange entre deux personnes. Et ça crée inévitablement du lien social. »

Voire plus ! Car « Bxl à Récup » compte aussi son couple d’amoureux issus d’une rencontre pour un échange. Une histoire qui fait sourire mais qui ne lui fait pas perdre de vue pour autant un projet plus ambitieux. « C’est Bxl à Récup pour Bruxelles. Mais il y a également d’autres pages pour Charleroi, le Brabant Wallon, Libramont, Mons, Namur et plusieurs villes en France dont Paris. J’aimerais beaucoup approcher les différentes communes de Bruxelles et permettre aux gens d’avoir un lieu pour leur échange », conclut-elle en lançant son appel.

Retrouvez d’autres projets solidaires dans La Capitale de ce mardi.