Inondations en Russie: deux ours bruns ont été évacués par hélicoptère (vidéo)

Quelque 19.200 personnes ont été évacuées dans les régions de l’Amour, de Khabarovsk et dans la région autonome juive, petit territoire créé par Staline pour les Juifs soviétiques, selon les statistiques du ministère russe des Situations d’urgence.

Le niveau du fleuve Amour a atteint un record historique dans la ville de Khabarovsk où la pluie continuait de tomber lundi.

La montée des eaux devrait atteindre son plus haut point cette semaine, a indiqué le chef de l’agence météorologique russe Rosguidromet, Alexandre Frolov.

Les télévisions russes ont montré des images de camions déversant du sable dans les rues pour contenir les inondations, et des gens en train de construire des barrières de sable.

«Notre datcha (maison de campagne) flotte», a raconté une femme dans un village près de Khabarovsk, à la chaîne de télévision NTV.

«Les garages sont inondés jusqu’au toit. C’est terrible», a-t-elle poursuivi.

«Comment allons-nous survivre cet hiver?», s’est interrogé un autre habitant dans sa maison endommagée. «Nous ne savons même pas quand l’eau va baisser».

Le gouverneur de la région de l’Amour, Oleg Kojemiako, a indiqué que plus de 43% des réserves de charbon pour l’hiver avaient été endommagées dans les inondations.

«Cinq cent kilomètres de routes ont été détruits, des ponts ont été détruits et 38 villages sont inaccessibles», a-t-il ajouté, cité par les agences russes.

Les sauveteurs ont indiqué que deux ours bruns enfermés dans une cage dans un lieu touristique avaient été évacués par avion de la zone touchée par les inondations.

La montée du fleuve Amour va se poursuivre pour atteindre près de huit mètres à Khabarovsk, une ville de 600.000 habitants, a indiqué la branche locale du ministère des Situations d’urgence en mettant en garde contre des inondations imminentes de rues à grande circulation et d’infrastructures énergétiques.

En évoquant la région autonome juive, la ministre russe de la Santé, Veronika Skvortsova, a demandé aux autorités locales de prendre des mesures de prévention pour éviter la propagation d’épidémies dues à la pollution des eaux.

Les inondations dans l’Extrême-Orient russe ont causé la perte de 627.400 hectares de cultures agricoles, en majorité de soja, représentant un préjudice de près de 200 millions d’euros pour les agriculteurs, ont estimé lundi les autorités.

Dans la seule région de l’Amour, 504.500 hectares ont été affectés, soit 57% des cultures, dont 367.400 hectares de soja et 95.500 hectares de céréales, a précisé de son côté le ministère local de l’Agriculture.

En raison de pluies diluviennes depuis fin juillet, le fleuve Amour, à la frontière avec la Chine, est sorti de son lit, ainsi que l’un de ses affluents, Zeïa.

Le vice-Premier ministre russe Dmitri Rogozine a indiqué lundi qu’il avait l’intention de discuter avec son homologue chinois Wang Yang de l’approche commune face à la situation.

«Nous allons discuter de la coordination dans la gestion des inondations», a-t-il souligné.