L’opposition syrienne accuse la communauté internationale, par son silence, d’être complice de l’attaque à l’arme chimique

L’opposition syrienne a accusé la communauté internationale d’être complice, par son silence, de l’attaque «à l’arme chimique» perpétrée selon elle dans une banlieue rebelle de Damas par le régime syrien, avançant le chiffre de plus de 1.300 morts. Lors d’une conférence de presse à Istanbul, George Sabra, un dirigeant de l’opposition syrienne, a en outre estimé que ce carnage avait porté un coup de grâce aux efforts internationaux pour trouver une issue politique au conflit qui a fait plus de 100.000 morts depuis mars 2011.