France: une ado musulmane tente de se suicider après avoir porté plainte pour une agression islamophobe

Le 13 août dernier, une jeune fille a porté plainte, disant avoir été victime d’une agression à caractère islamophobe alors qu’elle était voilée.

Les faits, qu’aucun témoin visuel n’avait pu corroborer, étaient survenus la veille selon elle, à proximité du square Berlioz. Deux hommes auraient abordé l’adolescente, lui montrant un «objet tranchant». Ils lui auraient par la suite arraché son voile et porté un coup à l’épaule, selon une source judiciaire.

Selon cette même source, qui rapportait les éléments de témoignage de la jeune fille, les faits auraient été doublés d’insultes à caractère islamophobe et les agresseurs, de «type européen», dont un avait le crâne rasé, auraient pris la fuite en voiture.

Lundi, selon une source policière, la jeune fille s’est jetée du 4e étage de son immeuble, peu après 19H00. Grièvement blessée, elle a d’abord été admise à l’hôpital Percy à Clamart, avant d’être transférée à l’hôpital parisien Georges Pompidou. Selon cette source, le pronostic vital de la jeune fille était engagé, mais elle était néanmoins consciente à l’arrivée des secours.

Selon la même source, elle avait fait une précédente tentative de suicide en absorbant des médicaments il y a trois jours, le 23 août. Les raisons de ces deux tentatives de suicide n’étaient pas précisées lundi soir.

A la mi-août, le ministre de l’Intérieur Manuel Valls avait «condamné avec sévérité» l’agression dont avait été victime la jeune fille, la qualifiant de «nouvelle manifestation de haine et d’intolérance anti-musulmane (portant) atteinte aux valeurs de la République et au principe de liberté de conscience».

Son homologue chargé de l’Economie sociale et solidaire Benoît Hamon, élu de la circonscription, avait lui aussi condamné «avec la plus grande fermeté ce nouvel acte raciste, visiblement perpétré par des individus qui recherchent délibérément la provocation et l’embrasement».

Avant les violences de juillet à Trappes, deux femmes voilées avaient été agressées en mai et juin à Argenteuil (Val-d’Oise), provoquant déjà une vive émotion dans la communauté musulmane de la ville.