Emilie Loit, consultante Eurosport sur l'US Open: «Il faudra compter sur Radwańska»

«Quel plaisir d’être consultante» nous lance Emilie Loit, membre de l’équipe de France victorieuse de la Fed Cup en 2003. «New-York, c’est bruyant, mais il fait chaud, beau et agréable». Des conditions idéales pour prendre le temps de nous glisser quelques mots sur les soeurs Radwańska. Dans l’ombre des soeurs Williams, elles sont elles aussi toutes les deux présentes dans le tableau final de l’US Open.

D’un côté, Agnieszka, 4e au classement WTA. De l’autre, la petite soeur, Urszula, 38e mondiale. «Agnieszka, c’est la métronome du circuit», nous glisse Emilie Loit. «Avec elle, rares sont les surprises. Elle répond très souvent présent dans les grands rendez-vous. Et il faudra compter sur elle lors de cette US Open, surtout qu’il fait très chaud et que la surface est assez lente, ce qui lui convient très bien». Ce qui n’est pas forcément le cas de sa petite soeur, surtout sur le sol américain: «La petite Urszula a peut-être plus de potentiel que sa soeur. Elle est plus puissante, plus offensive, elle a plus de folie dans son jeu. Mais elle est également moins structurée et moins calme. Ce dernier élément peut-être prépondérant, surtout ici à l’US Open où tout le monde bouge et parle pendant les points, et où l’atmosphère est plus écrasante, plus oppressante.»

Ce soir, Urszula Radwańska sera opposée à Sloane Stephens, la petite pépite américaine. «Une joueuse que j’adore» nous confie Emilie Loit. «Mais on ne sait pas comment elles vont chacune gérer la pression du court Arthur Ashe, le court central. C’est un paramètre important. Si l’Américaine sait garder son calme, Radwańska aura très dur». En cas de qualification, la plus jeune des deux soeurs pourrait retrouver Venus Williams un peu plus tard dans le tournoi, elle qui a été sans pitié pour Flipkens. «Venus met une pression monstre sur ses adversaires, mais si le match dure, son adversaire a ses chances. On ne sait jamais.» Sa grande soeur Agnieszka devrait avoir moins de problème face à l’Espagnole Torro-Flor.

Au-delà de la 30e place mondiale au classement WTA, Urszula Radwańska peut compter sur sa soeur pour progresser. Comme le confirme notre consultante: «Avoir une source d’inspiration peut être très intéressant, surtout au niveau des conseils que sa grande soeur peut lui donner, elle qui a plus d’expérience dans les grands tournois. Mais attention à ne pas souffrir de la comparaison, elle doit réussir à se détacher de cette étiquette de petite soeur. Mais ce n’est pas facile quand on a une soeur qui est proche de la perfection».

«Les photos nues? Elle garde une certaine classe.»

Proche de la perfection physique également. Récemment, Agnieszka Radwańska avait accepté de poser nue pour le magazine américain ESPN. «Si on m’avait demandé si je pensais qu’elle le ferait, j’aurais dit non», reconnaît Emilie Loit. «Mais elle à certainement voulu faire un peu de buzz. Chacun est libre de faire ce qu’il veut. Mais ça ne me choque pas trop, elle est jolie sur ces photos, elle garde une certaine classe. Elle est mise en valeur.» On entend pourtant souvent dire que les joueurs sont les mêmes sur le court que en dehors. «C’est vrai, mais on a l’impression qu’elle est calme quand elle joue, mais elle arrive juste à cacher sa nervosité. En réalité, elle a la pêche!»

Suivez l'US Open en intégralité et en exclusivité sur Eurosport via Eurosport Player