Mexique: les disparitions forcées continuent, proteste Amnesty

Les «disparitions forcées» de personnes aux mains des forces de sécurité continuent au Mexique, à la faveur «de l’inaction et du silence» du gouvernement de Enrique Peña Nieto, a affirmé Amnesty International vendredi. Ces disparitions, qui avaient «explosé» sous le gouvernement de Felipe Calderon (2006-2012) en marge de son offensive militaire contre les narcotrafiquants, se poursuivent avec «de nouveaux cas sous ce gouvernement, l’impunité restant une constante», relève l’ONG à l’occasion de la journée internationale des personnes disparues.