Festival du cinéma américain de Deauville : hommages, blockbusters, films indépendants et séries inédites

Pour sa 39e édition, le Festival tentera, comme chaque année, d’offrir le spectre le plus large possible des productions du cinéma américain. Ainsi, des blockbusters tels que « White House Down », de Roland Emmerich, gros succès du box-office estival aux Etats-Unis, ou « Blue Jasmine » de Woody Allen (déjà sorti chez nous), ou encore « Le Majordome » de Lee Daniels avec Forest Whitaker, côtoieront des petits films indépendants en compétition comme « Fruitvale Station », l’événement cinématographique Outre-Atlantique depuis quelques semaines.

Qui dit compétition dit jury. Un jury présidé cette année par Vincent Lindon : « Un rêve d’enfance », a-t-il déclaré quand son nom a été révélé pour occuper cette fonction prestigieuse. Il sera secondé dans sa tâche, notamment, par Lou Doillon, la fille de Jane Birkin, Famke Janssen, ex-James Bond Girl, ou Pierre Lescure, ancien président de Canal +.

En outre, le Festival rendra un hommage posthume à Danny Kaye, l’acteur virtuose, en présence de sa fille.

Et puis, comme depuis quatre ans déjà, le Festival fera la part belle aux séries télé made in USA. Ainsi, deux séries inédites chez nous, « Bates Motel » et « The Following » seront-elles proposées en avant-première, tout comme la saison 2 de « One Upon a Time », ou encore « La malédiction d’Edgar », une fiction documentée à l’occasion du 5 e anniversaire de l’assassinat de JFK.