En ce momentNouveau SudinfoCrise énergétiqueCharleroi - Standard Accueil

Aram, 20 ans, avait convenu d’un rendez-vous avec sa copine à Mouscron. Quand il est arrivé, la jeune femme était entourée par trois hommes. « J’ai cru qu’ils la draguaient. L’un d’eux était agressif. Je lui ai demandé ce qu’il se passait et il m’a dit de bouger de là. Le ton est monté », raconte Aram.

Alors que la situation s’envenimait de plus en plus, Keci, un jeune homme de 19 ans originaire de Courtrai, a décidé de s’en mêler pour calmer les esprits. « Il a essayé de nous séparer et il m’a repoussé de la main gauche en disant à son ami : laisse-le, c’est un petit gamin. Je l’ai repoussé à mon tour et son téléphone est tombé sur le sol. Il a enlevé sa veste et s’est mis en position de boxeur pour me frapper. J’ai esquivé le premier coup et je lui ai donné, sans réfléchir, un coup avec le couteau qui était resté dans ma poche car j’étais allé, la veille, à la pêche », poursuit le prévenu.

Me Marie Van Dooren, avocate de la partie civile, résume cette affaire à un combat de coqs. « Le prévenu a été piqué dans son ego quand mon client l’a qualifié de petit gamin. Il n’a pas aimé cette arrogance », raconte l’avocate qui réclame une somme provisionnelle de 5.000 euros pour celui qui n’a pas pu taper dans le ballon durant quelques mois.

Le substitut du procureur du roi pense déceler un sourire derrière le masque du prévenu. « Il n’a pas l’air de se rendre compte de la gravité des faits commis. Il a frappé avec un couteau, sans aucune provocation », a déclaré la magistrate du parquet qui a demandé une peine d’un an de prison minimum.

Il aurait pu y rester

Du côté de la défense, Me Floor Ameye, du barreau de Flandre occidentale, plaide la légitime défense. « Des gens criaient et l’insultaient, il a pris peur », a-t-elle déclaré. Pour les autres parties, les critères de la légitime défense, dont celui de la proportionnalité, ne sont pas réunis. La victime n’était pas armée, contrairement au prévenu. L’avocate considère qu’il y a au moins une provocation dans le chef de la victime.

Un acquittement ou, à défaut, une suspension du prononcé de la condamnation est plaidé pour ce jeune homme qui n’a aucun casier judiciaire et qui a passé quatre mois en détention préventive. Son avocate précise qu’il a entièrement respecté les conditions imposées par la chambre du conseil lors de sa libération.

Plus de deux ans après les faits, Aram a exprimé des regrets. « J’habite Courtrai et la victime aussi. Parfois, on se croise en ville. On a discuté et je me suis excusé. Nous étions d’accord que cette affaire n’aurait jamais dû en arriver là. On s’est serré la main, avec courtoisie ».

Sauf que sans l’intervention rapide des services de secours, le jeune homme aurait peut-être dû s’expliquer devant la cour d’assises. On a frôlé le drame, une fois de plus…

Jugement le 2 septembre

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne pour 3,30€/mois

Je suis déjà abonné, je m'identifie

Aram, 20 ans, avait convenu d’un rendez-vous avec sa copine à Mouscron. Quand il est arrivé, la jeune femme était entourée par trois hommes. « J’ai cru qu’ils la draguaient. L’un d’eux était agressif. Je lui ai demandé ce qu’il se passait et il m’a dit de bouger de là. Le ton est monté », raconte Aram.

** ***** *** ******* ******* ** ** ****** ******* ******* ***** ******* ** ** ****** ** ***** ********** ******** * ***** ****** **** *** *** ***** *** ****** ***** ********* ** ***** ****** ** ***** *** ***** ***** ****************** ******* *********** *** ******** *** ***** ************** ** ***** ***** **** ***** *** ***** *** ** ***** **** ** ****** ****** ******** *****

** ********* ** ********* ** *** ***** ******** ** ******* ********* ** ****** ** ********* ********** ***** *** ******* ** ** ****** ****** ** ** ******** *** ***** ******* ** * ******* **** ** ******** **** ****** ******************** * ********* ** ********** ** ******* *** * ******** *** ***** ****** ** ** ****** ********

** ****** ** * ******

** ****** ** ** ********* ** ***** ****** ** ******* ** ******* ************ ****** ** ********* ********* *********** **** ******** ** **************** ** * **** ************* ******** ********** **** *** ****** ******** *** ********* ** ** ********* ********* **** ***** ** ** ****************** ** **** *** ******** ** ******* ********** *** ******* ************* ** ********* *********** ********** ******* * * ** ***** *** *********** **** ** **** ** ** ********

** ************ *** ** ******** *** ********** ** ********* ** ** ************ *** ******* **** ** ***** ***** *** ***** ***** ****** ********** ** *** * ****** ****** **** ** ********** ************ *** ******* ******** ******* * ************ ********* *** ********** ********* *** ** ******* ** ******* **** ** ** ************

**** ** **** *** ****** *** ****** **** * ******** *** ******** ****************** ******** ** ** ******* ****** ******** ** ** ****** ** ****** ** * ******** ** ** ** **** ******** **** ******* ********** *** ***** ******* ********** ****** *** ** ******* **** ** ******* ****** ** ***** **** *******************

**** *** **** **************** ****** *** ******** ** ******** ** ***** ***** ****** ********** *** ************* ****** ** **** ************ ** * ******* ** ****** *** **** ** *******

******** ** * *********

Offre exclusive ! Accès illimité à partir de 3,30€/mois

aux articles Sudinfo, LaMeuse, LaNouvelleGazette, LaProvince, NordEclair et LaCapitale

J'en profite Je suis déjà abonné, je m'identifie
Sudinfo

Aussi en

Voir plus d'articles