Euro 2013 de basket: la Belgique débute son tournoi ce mercredi face à l’Ukraine

C’est ce mercredi que débute la grand-messe du basket européen, dans une Slovénie où le basket est une religion, à l’instar du hockey sur glace ou des sports d’hiver. Légitimement heureux de représenter les couleurs de la Belgique pour la deuxième fois d’affilée à l’Euro, les Lions refusent l’idée d’y faire de la figuration. Même si plusieurs « anciens » ne sont plus là (Van den Spiegel, Lauwers, Mbenga, Faison…), l’expérience de l’Euro 2011, et une plus grande cohésion devront leur servir de base, ce soir (17h45) pour rivaliser avec l’Ukraine.

« Un peu spectateurs voici deux ans, nous sommes cette fois présents pour jouer un rôle » analysait Jacques Stas hier midi, à la sortie de la Tivoli Arena, où les Lions venaient d’en finir avec leur premier entraînement de la journée. « Rien ne vaut l’expérience, et je sens, dans le chef des joueurs comme au sein du staff, une différence dans l’approche de cet Euro. De plus, la salle de Ljubljana est moins impressionnante que celle d’il y a deux ans, et cela nous aide à nous acclimater. De son côté, Axel Hervelle est assez excité. Il est en train de tirer tout le monde vers le haut. Bien dans le coup, Sacha Massot affiche aussi une mentalité exemplaire qu’il communique aux autres. »

Reste à matérialiser toute cette bonne volonté sur le parquet. Avec, dès ce soir, un premier défi de taille: l’Ukraine. Puissante et talentueuse, l’équipe ukrainienne est aussi disciplinée, sous la houlette de Mike Fratello, le célèbre coach américain qui compte une petite trentaine d’années d’expérience en NBA comme adjoint puis comme coach principal. « Les clés de ce match ? Il s’agira avant tout de déjouer leur terrible press tout terrain, qu’ils appliquent pendant 40 minutes, et qui est fait de nombreuses prises à deux sur le porteur du ballon. Nous y avons travaillé, et il faudra les punir à la moindre occasion. Ensuite, nous devrons essayer de contenir leurs joueurs intérieurs au maximum, ainsi que Pooh Jeter, qui sera peut-être un peu nerveux pour son premier match.»

Depuis un mois, les Lions n’ont qu’un objectif en tête: le 2e tour. Un bon départ les y aiderait déjà...