François Hollande et Joachim Gauck, main dans la main à Oradour-sur-Glane

Joachim Gauck et François Hollande, main dans la main avec un survivant du massacre d’Oradour-sur-Glane dans les ruines de l’église du village: c’est l’image forte qui restera de la première visite d’un président allemand sur le lieu du pire massacre commis en France par l’armée nazie. Le 10 juin 1944, à Oradour (centre de la France), 642 personnes - dont 205 enfants - furent massacrées. Robert Hebras, 88 ans, l’un des trois rescapés encore en vie, a accompagné les présidents français et allemand dans leur visite des ruines. Comme la poignée de mains Kohl-Mitterrand en 1984 près de Verdun, théâtre des pires boucheries de la Première Guerre mondiale, cette visite marque un moment fort dans l’histoire du couple franco-allemand, moteur de la construction européenne. François Hollande a rendu un hommage appuyé à la décision de Joachim Gauck d’accepter de se rendre à Oradour. Cette visite «sera un symbole, le symbole d’une histoire, d’un passé qui se regarde en face, d’une vérité qui doit être dite, prononcée, proclamée, reconnue» en présence des familles et des survivants, a dit le président français. Joachim Gauck s’est déjà rendu en tant que président sur plusieurs sites de massacres nazis, notamment en octobre 2012 à Lidice, près de Prague, puis en mars 2013 en Toscane, demandant le pardon pour les fautes de l’Allemagne hitlérienne.