En ce momentNouveau SudinfoCharleroi - StandardCrise énergétique Accueil

Depuis 1998, le festival Tchafornis propose des spectacles de rue pour petits et grands dans le parc des Tchafornis à Engis. Trapézistes, clowns ou encore musiciens se succèdent durant un week-end pour divertir près de 5000 visiteurs. Mais le Covid est passé par là et le festival a dû se réinventer, du moins temporairement, pour continuer d’exister. C’est donc une version itinérante qui a été proposée aux Engissois en 2020 pour respecter les mesures sanitaires, avec un festival réparti sur 4 dates dans 4 quartiers d’Engis.

Cette année, malgré le recul de la pandémie, les organisateurs ont préféré conserver cette formule itinérante, comme l’explique Valérie Delbrouck, chargée de communication au centre culturel d’Engis : «Le festival se construit un an à l’avance et il y a un an, on ne savait pas ce que l’on pourrait faire cet été. Nous avons estimé que la situation serait semblable à celle de l’été 2020 et nous avons opté pour une deuxième édition itinérante.» Le festival s’agrandit cependant par rapport à l’année précédente, précise Valérie Delbrouck : «L’année passée, c’était vraiment un mini festival avec un ou deux spectacles organisés. Cette année, cela reste petit, mais on passe tout de même à 6 ou 7 spectacles par jour.»

Malgré les conditions particulières, les organisateurs se disent impatients de pouvoir proposer une nouvelle édition : «Le festival Tchafornis est un festival très attendu par tout le monde chaque année. Cela fait un an que les gens sont confinés et je pense qu’ils ont vraiment besoin de sortir et de se retrouver. Nous espérons que les mesures mises en place seront respectées et que le festival sera un succès!»

Un festival adapté à la crise

Pour s’adapter aux règles, le festival se déroulera entièrement en extérieur avec port du masque obligatoire. Un chapiteau sera prévu pour les clients au bar avec un service de table, mais ils devront attendre d’être servis et ne pourront pas se déplacer sur le site avec leur boisson comme d’habitude. «Nous sommes obligés de faire ça pour respecter le protocole Horeca», indique Valérie Delbrouck.

Cette année, l’accès au festival est gratuit, mais les organisateurs demandent aux participants de s’inscrire pour les spectacles auxquels ils souhaitent assister. «Le festival se destine avant tout aux Engissois. Les conditions actuelles nous ont permis d’ouvrir le festival aux communes voisines, mais le nombre de places reste très limité par rapport aux autres années.»

Le festival débutera ce samedi 3 juillet dans le parc des Tchafornis, avant de déménager le 11 juillet aux Fagnes, sur le dessus d’Engis. En août, le festival prendra place à Clermont-sous-Huy dans le quartier des Fontaines et se conclura le 29 août à Hermalle-sous-Huy, derrière le centre culturel. Rendez-vous sur www.lestchafornins.com pour obtenir la programmation complète.

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne pour 3,30€/mois

Je suis déjà abonné, je m'identifie

****** ***** ** ******** ********** ******* *** ********** ** *** **** ****** ** ****** **** ** **** *** ********** ** ****** ************* ****** ** ****** ********* ** ********** ****** ** ******** **** ******** ***** ** **** ********** **** ** ***** *** ****** *** *** ** ** ******** * *** ** ************ ** ***** *************** **** ********* ************ ******* **** *** ******* *********** *** * ***** ********* *** ********* ** **** **** ********* *** ******* *********** **** ** ******** ******** *** * ***** **** * ********* **********

******* *** ********** *************** *** ************* ** ****** ********** ** ******* ******** *** ******** ******** * **** ******** ********** *** ** ******** ***** ******* *** **** ** ***** ****** ******* **** **** ** ** *** *** **** **** ********* ** ** ***** ******** *** ******** ****** ** ****** ** ** ** ********** **** ********* *** *** ******* ***** ** ***** ****** *********** ** *** ** ******** **** ** **********

** ******** ******* ** ** *****

**** *********** *** ******** ** ******** ** ********** ************ ** ********** **** **** ** ****** ************ ** ********* **** ****** **** *** ******* ** *** **** ** ******* ** ****** **** *** ******* ******** ********* ****** ** ** ******** *** ** ********* *** ** **** **** **** ******* ***** ************* ****** ****** ******** ** ***** *** **** ********* ** ********* ********* ******* ******** **********

***** ******* ********** ** ******** *** ******** **** *** ************* ********* *** ************ ** ************ **** *** ********** ******** *** ********** ********* **** ******** ** ******* ***** **** *** ********** *** ********** ********* **** *** ****** ********** ** ******** *** ******** ********* **** ** ****** ** ****** ***** ***** ******* *** ******* *** ****** **********

** ******** ********* ** ****** * ******* **** ** **** *** *********** ***** ** *********** ** ** ******* *** ******* *** ** ****** ********** ** ****** ** ******** ******* ***** ** ***************** **** ** ******** *** ********* ** ** ******** ** ** ***** ** ****************** ********* ** ****** ********* *********** *** ********************** **** ******* ** ************* **********

Offre exclusive ! Accès illimité à partir de 3,30€/mois

aux articles Sudinfo, LaMeuse, LaNouvelleGazette, LaProvince, NordEclair et LaCapitale

J'en profite Je suis déjà abonné, je m'identifie
Sudinfo

Aussi en

Voir plus d'articles