En ce momentNouveau SudinfoCrise énergétiqueCharleroi - Standard Accueil

Samedi soir, une tornade avec des vents allant de 150 à 180 km/h a ravagé le centre-ville de Beauraing. Des dizaines de maisons ont vu leur toit arraché, leurs fenêtres pulvérisées… Près de 90 maisons ont été fortement touchées et une dizaine d’entre elles sont inhabitables. La commune a dû reloger des familles et des demandes sont toujours en cours. Mais des pylônes électriques se sont aussi retrouvés au sol. Des arbres ont été déracinés et arrachés. Des voitures ont été endommagées et ensevelies.

Plusieurs personnes ont aussi été blessées.

Suite à cette catastrophe naturelle, de nombreuses personnes se retrouvent sinistrées. Mais suite à ce drame, une très belle mobilisation s’est mise en place. Des personnes ont offert des repas, des vêtements et aussi des places dans des gîtes. Certains proposent même de garder vos enfants si vous êtes débordés.

Et parmi ceux qui apportent leur soutien, il y a le centre Fedasil de Pondrôme. « Notre centre situé à Pondrôme se trouve à 5 km du centre de Beauraing, fortement frappé. Nous avons eu de la chance de ne pas avoir été touché. Mais dès qu’on a vu que de nombreux habitants se retrouvaient sans rien, nous avons décidé de les aider. Surtout que nous avons plein de connaissances comme des bénévoles du centre qui ont été fortement impactés. On se mobilise donc pour eux », explique Nicolas Genin, le directeur des lieux. « Au total, il y a 200 résidents dans notre centre et la moitié d’entre eux sont adultes. Donc, ces personnes-là vont aider les habitants. »

Des gâteaux pour réconforter

Dimanche, les résidents n’ont pas pu vraiment apporter leur aide car les endroits touchés étaient complètement inaccessibles. « Il y avait des arbres partout par exemple. Donc dimanche, on a réchauffé le cœur des habitants en leur apportant des pâtisseries. Une résidente qui vient de terminer une formation dans ce domaine a préparé plein de gâteaux en forme de cœur. »

Ensuite, le centre a ouvert son vestiaire où il y a de nombreux habits de seconde main. Là, les citoyens peuvent venir se servir en cas de besoin. « Nous n’avons pas eu beaucoup de demandes. Je pense que la population sinistrée tente avant tout de récupérer ses biens et de les caser ailleurs pour éviter qu’ils ne soient abîmés. Mais ce n’est pas facile de tout reprendre car leurs maisons ont été ravagées. Donc, ils essaient dans un premier temps de déblayer leurs habitations de tout ce qui est tombé. Depuis lundi, les résidents leur apportent leurs mains-d’œuvre. Ces deux jours-ci, nous avons notamment nettoyé les devant des habitations afin que les riverains sachent à nouveau y entrer. Et puis, nous avons dégagé aussi des arbres dans les jardins, des détritus dans la rue… Quand nous étions en train de déblayer le tout chez un de nos éducateurs, nous avons croisé le bourgmestre de la commune (ndlr : Marc Lejeune, cdH) qui nous a demandé aussi d’aller à différents endroits. Nous n’avons pas de machines ou autres appareils de professionnels mais nous faisons tout avec nos moyens, c’est-à-dire la motivation des résidents. »

Les résidents sont aussi allés nettoyer toute une prairie qui était remplie de détritus. Ces derniers ont atterri là car ils ont été emportés par la tempête.

Le directeur invite donc les personnes sinistrées à appeler son centre pour déblayer et nettoyer leur bien. « On essaie de trouver un équilibre entre notre travail et la solidarité », précise notre interlocuteur.

Shanti Duparque

Pour avoir de l’aide, il faut contacter la réception du centre au 082/68.70.50.

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne pour 3,30€/mois

Je suis déjà abonné, je m'identifie

Samedi soir, une tornade avec des vents allant de 150 à 180 km/h a ravagé le centre-ville de Beauraing. Des dizaines de maisons ont vu leur toit arraché, leurs fenêtres pulvérisées… Près de 90 maisons ont été fortement touchées et une dizaine d’entre elles sont inhabitables. La commune a dû reloger des familles et des demandes sont toujours en cours. Mais des pylônes électriques se sont aussi retrouvés au sol. Des arbres ont été déracinés et arrachés. Des voitures ont été endommagées et ensevelies.

********* ********* *** ***** ***** **********

***** ** ***** *********** ********** ** ********** ********* ** ********** ************ **** ***** ** ** ****** *** ***** ***** ************ ******* **** ** ****** *** ********* *** ****** *** ****** *** ********** ** ***** *** ****** **** *** ******* ******** ********* ***** ** ****** *** ******* ** **** ***** ***********

** ***** **** *** ********* **** ******** ** * * ** ****** ******* ** ********** ************* ****** ****** ** ********* ** ****** ** * ** ** ****** ** ********** ********* ******** **** ***** ** ** ** ****** ** ** *** ***** ***** ******** **** **** ******* * ** *** ** ******** ********* ** ************ **** ***** **** ***** ******** ** *** ****** ******* *** **** ***** ***** ** ************* ***** *** *********** ** ****** *** *** ***** ********* ********** ** ** ******** **** **** ************ ******** ******* ****** ** ********* *** ****** ********** ****** ** * * *** ********** **** ***** ****** ** ** ******* ********* *** **** ******** ***** *** ************* **** ***** *** ******************

*** ******** **** ************

********* *** ********** ******* *** ** ******** ******** **** **** *** *** ******** ******** ******** ************* ************** ********** * ***** *** ****** ******* *** ******** **** ********* ** * *********** ** ***** *** ********* ** **** ********* *** ************* *** ********** *** ***** ** ******** *** ********* **** ** ******* * ********* ***** ** ******** ** ***** ** **************

******** ** ****** * ****** *** ********* *** ** * * ** ******** ****** ** ******* ***** **** *** ******** ******* ***** ** ****** ** *** ** ******* ************ ********* *** ** ******** ** ********* ** ***** *** ** ********** ********** ***** ***** **** ** *********** *** ***** ** ** *** ***** ******** **** ******* ******** ** ****** ********* **** ** ******* *** ****** ** **** ********* *** ***** ******* *** ***** ********** ***** *** ******** **** ** ******* ***** ** ********* ***** *********** ** **** ** *** *** ******* ****** ****** *** ********** **** ********* ***** ***************** *** **** ********* **** ***** ********* ******** *** ****** *** *********** **** *** *** ********* ******* ** ******* * ******* ** ***** **** ***** ******** ***** *** ****** **** *** ******** *** ********* **** ** ****** ***** **** ******* ** ***** ** ********* ** **** **** ** ** *** ************ **** ***** ******* ** *********** ** ** ******* ************ **** ******** **** *** **** * ******** ***** ********* ** *********** ********* **** ********* *** ** ******** ** ****** ********* ** ************** **** **** ******* **** **** *** ******* *************** ** ********** *** *******************

*** ********** **** ***** ****** ******** ***** *** ******* *** ****** ******* ** ********** *** ******** *** ******* *** *** *** *** ***** ********* *** ** *********

** ********* ****** **** *** ********* *********** ** ******* *** ****** **** ********* ** ******** **** ***** ********** ****** ** ******* ** ********** ***** ***** ******* ** ** ******************** ******** ***** **************

****** ********

**** ***** ** ********* ** **** ********* ** ********** ** ****** ** *************

Offre exclusive ! Accès illimité à partir de 3,30€/mois

aux articles Sudinfo, LaMeuse, LaNouvelleGazette, LaProvince, NordEclair et LaCapitale

J'en profite Je suis déjà abonné, je m'identifie
Sudinfo

Aussi en

Voir plus d'articles