Les urinoirs du Haçienda, célèbre boîte de nuit de Manchester, mis aux enchères, garantis non lavés

New Order, Madonna, Laurent Garnier, les Chemical Brothers, les Stone Roses ou les Smith se sont tous produits un jour au Haçienda jusqu’à ce que le club baisse le rideau en 1997, criblé de dettes et gangréné par les drogues.

Un certain Mike Shepherd, fan de musique devant l’éternel, en a profité pour récupérer, quatre ans plus tard lors d’une vente aux enchères, quelques souvenirs du club mythique, dont les urinoirs constituent la pièce de choix. Agé de 48 ans, ce menuisier cherche désormais, pour cause de déménagement, à se débarrasser des «pissotières» qu’il a transformées en vitrine pour abriter disques et posters. Il propose le tout à la vente sur eBay au prix de départ de 17.000 euros.

Shepherd insiste sur le fait qu’il n’a jamais lavé les urinoirs depuis leur acquisition et convoque l’histoire avec un grand H au moment d’en assurer la promotion. «Voilà des traces d’urine appartenant à l’histoire musicale de Manchester. Celle de gauche pourrait être l’oeuvre de Morrisey, celle de droite pourrait appartenir à Anthony Wilson», souligne-t-il en prenant à témoin le chanteur des Smith et l’ancien parton de la Haçienda, par ailleurs co-fondateur du label Factory Records.