Philippe et Mathilde ont touché les fesses du Maca à Wavre: une année de chance pour eux? (photos + vidéo)

Peu avant midi, le carillon de l’Hôtel de ville peinait à couvrir les cris des Brabançons, enthousiastes à l’idée de saluer le roi Philippe et la reine Mathilde. Petits et grands drapeaux belges se sont subitement agités à l’approche du cortège royal et une clameur s’est échappée de la foule compacte lorsque le roi et la reine ont salué le public de la main.

Sous le soleil, Philippe et Mathilde ont gravi les quelques marches teintées de rouge de l’Hôtel de ville pour assister à une petite réception retransmise sur écran géant. Lors de son discours, le bourgmestre Charles Michel a partagé le bonheur des Wavriens et des Brabançons d’accueillir «cette fête». «Je vous souhaite un règne emprunt de succès et de réussite», a-t-il ajouté.

Après avoir signé le Livre d’Or, le couple royal s’est offert un bain de foule de près d’une heure dans les rues de Wavre, généreusement colorées de noir-jaune-rouge, sous les acclamations et les marques d’affection du public. Comme leur avait suggéré le bourgmestre, ils ont également caressé les fesses de la statue Maca, qui symbolise l’esprit frondeur et impertinent des Brabançons.

Durant la promenade, le roi a notamment serré la main d’anciens combattants tandis que la reine, vêtue d’une tunique et d’un chapeau blancs nacrés, a échangé quelques mots avec les nombreux enfants. «Vive le roi! Vive la reine», s’est époumonée la foule au passage des souverains.

Peu après 13h, le couple royal a rejoint l’Institut provincial d’enseignement secondaire (IPES), qui compte en son sein l’École Hôtelière Provinciale, pour participer à un lunch de travail. Les souverains y ont abordé la cohésion sociale et le développement économique du Brabant wallon avec plusieurs experts, dont le président de la Chambre des Notaires et le directeur de l’Agence immobilière sociale de la province.