José Riga, consultant RTL pour la Ligue des Champions: «Anderlecht a les armes pour faire mal à Benfica»

S’il n’est plus attaché à un club, José Riga consacre toujours l’essentiel de ses journées au football. Et ce mardi soir, il sera sur Club RTL où il assurera un rôle de consultant pour la Ligue des Champions, sur base d’un engagement d’un an. Ce n’est pas une nouveauté pour le technicien liégeois, qui avait déjà officié sur la RTBF lors de la Coupe du monde 2010 et l’Euro 2012, en plus de quelques matches de Coupes d’Europe, mais aussi sur Be tv, déjà pour la Ligue des Champions et, plus ponctuellement, les matches de playoffs du championnat de Belgique.

Concrètement, José Riga décortiquera, sur RTL TVi, un match par journée, le plus souvent celui d’Anderlecht. « Avec son potentiel, même si le puzzle n’est pas encore tout à fait en place, le Paris Saint-Germain, avec des individualités capables de se transcender dans le contexte de la Ligue des Champions, doit sortir de ce groupe. C’est une question d’obligation. Derrière, les possibilités seront présentes pour les trois autres clubs, l’Olympiacos, Benfica et Anderlecht ».

Et donc, le match de ce soir, entre Benfica et Anderlecht revêt déjà une importance capitale pour nos double champions en titre. Un match où le Sporting a ses chances, selon Riga. «À condition d’afficher une très grande solidarité et une organisation parfaite, mais aussi de ne pas jouer petits bras. Offensivement, Anderlecht présente des atouts, avec des joueurs intéressants au niveau de la vitesse. Comme Bruno qui, en une ou deux touches, accélère le jeu, ou encore Suarez et Acheompong, qui profitent pleinement du travail qu’effectue Mitrovic lorsque celui-ci joue en pivot. À 19 ans, le Serbe montre un aplomb et une vitesse de maturation assez exceptionnels. Sans disposer d’une pointe de vitesse phénoménale, il se déplace à bon escient et occupe constamment l’adversaire. C’est un joueur précieux, parce que même malmené, Anderlecht pourra toujours s’appuyer sur son art de l’efficacité. Mitrovic a un instinct de tueur».

Et défensivement? «Je n’aime pas dissocier les secteurs. La confiance, cela se transmet. Le jeu défensif ne sera performant que si les attaquants et les médians assument leur part de travail de défensif».