En ce momentNouveau SudinfoCrise énergétiqueLigue des Champions Accueil

La vie de judoka de haut niveau est impitoyable. Depuis trois ans, le sort n’avait cessé de s’abattre sur Toma Nikiforov, gravement blessé au genou et aux deux épaules en 2018 et 2019 et trois fois opéré pour rafistoler un peu plus ce corps déjà tellement traumatisé. Après une longue interruption, il avait dû s’employer comme un damné pour revenir d’entre les morts (sportifs) et refaire son retard sur la route de la qualification olympique. Un retard que certains, à un moment, avaient pensé irrattrapable quand il était descendu au-delà de la 50e place mondiale fin 2020. Pourtant, il l’avait comblé en moins de six mois cette année en décrochant notamment le titre européen et une victoire en Grand Chelem, pour gagner sa place pour ses deuxièmes Jeux.

Mais ce jeudi, sur le tatami du Budokan, tous ces efforts se sont fracassés en 17 secondes lors de son deuxième combat dans la catégorie des moins de 100 kg. Après avoir bien géré son premier, face au Brésilien Buzacarini (IJF 17) en marquant waza ari à 37 secondes de la fin, il s’est fait surprendre par le Portugais Fonseca (IJF 2), le double champion du monde en titre contre lequel il menait pourtant 5-2 aux confrontations, sur un superbe mouvement d’épaule.

« On savait que Toma ne devait pas accepter son kumikata (la prise de garde) parce que Fonseca est toujours hyper tonique en entrée », explique Damiano Martinuzzi, le coach de Nikiforov. « Il avait déjà pris un waza ari très rapidement contre lui. Il ne fallait rien accepter, le laisser se fatiguer. Mais il est toujours facile de donner des consignes ; la réalité des combats, elle, est parfois différente… »

« Ce n’est pas facile à faire comprendre », enchaîne Nikiforov. « Le champion du monde contre le champion d’Europe, ça devait être un beau combat. Mais j’ai fait une faute dans le placement des mains et il s’est installé. Quand je me suis envolé, j’ai cru que je pourrais retomber sur le ventre ; mais cela a été sur le dos. Chaque petit détail fait la différence dans ce sport de m… »

Est-ce que son classement, consécutif à sa longue absence, lui a coûté un meilleur tirage ? Il n’en est pas vraiment certain. Dans un tableau de seulement 24 judokas, il fallait, de toute façon, se coltiner un « gros » assez vite dans une catégorie où les écarts sont minimes.

« Il y a tellement de niveau… », souffle-t-il. « Chaque combat était pratiquement une finale. »

Et maintenant ? « Maintenant, il va me falloir un gros break. Je n’ai pas vu passer cette année tant elle a été dense. Je n’ai pas eu un seul moment ‘off’, je n’ai pas profité de mon titre européen. Je n’ai pas vu ma famille depuis un mois. Quand on fait du sport de haut niveau, on est égoïste, on met tout de côté, surtout quand il y a les Jeux. Mais sans les miens, ma femme, ma fille, mes parents, mon club, je ne serais pas ici. Alors, j’ai besoin de souffler. Mais je continuerai à m’entretenir, sans entraîneur, sans programme, sans horaire… »

Pas question de mettre les pouces. Dans trois ans, il veut être de la partie aux Jeux de Paris. « Je ne vais pas lâcher le morceau. J’aurai 31 ans, je ne serai pas trop vieux. Tout ce que je demande, c’est de ne plus me blesser jusque-là même si je sais que c’est inhérent à mon sport. Vous auriez dû voir la salle d’échauffement, tout le monde est blessé quelque part, ‘tapé’, infiltré… »

Un sport de fous, comme il dit, mais qu’il ne lâcherait pour rien au monde parce que « le plaisir est là et j’adore être sur un tapis. Et la compétition, c’est la partie la plus agréable ! »

Sauf peut-être ce jeudi à Tokyo…

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne pour 3,30€/mois

Je suis déjà abonné, je m'identifie

** *** ** ****** ** **** ****** *** ************ ****** ***** **** ** **** ********* ****** ** *********** *** **** ********** ********* ******* ** ***** ** *** **** ******** ** **** ** **** ** ***** **** ******* **** ********** ** *** **** ** ***** ****** ********* ************ ****** *** ****** ************* ** ***** *** ************ ***** ** ****** **** ******* ********* *** ***** ********** ** ******* *** ****** *** ** ***** ** ** ************* ********** ** ****** *** ********* ** ** ******* ******* ****** ************* ***** ** ****** ******** ******** ** ** *** ***** ******** *** ***** ********* ** ********* ******* ** ***** ** *** **** ***** ****** ** *********** ********* ** ***** ********* ** *** ******** ** ***** ******* **** ****** ** ***** **** *** ********** *****

**** ** ****** *** ** ****** ** ******** **** *** ******* ** **** ********** ** ** ******** **** ** *** ********* ****** **** ** ********** *** ***** ** *** *** ****** ***** **** ****** *** ******** **** ** ********** ********** **** *** ** ******** **** *** ** ** ******** ** ** **** ** ******* **** ********** *** ** ********* ******* **** *** ** ****** ******** ** ***** ** ***** ****** ****** ** ****** ******** *** *** *************** *** ** ******* ********* ************

********** ****** *** **** ** ****** *** ******** *** ******** *** ***** ** ****** ***** *** ******* *** ******** ***** ******* ** **************** ******** ******* *********** ** ***** ** ********** ********** ***** ****** **** ** **** *** ***** ********** ****** **** ** ** ******* **** ********* ** ******* ** ********* **** ** *** ******** ****** ** ****** *** **************** ** ********* *** ******** ***** *** ******* **********************

********** ******* *** ****** ** ***** ******************* ********* ********** ********** ******** ** ***** ****** ** ******** *********** *** ****** ***** ** **** ******* **** ****** **** *** ***** **** ** ********* *** ***** ** ** ******* ********** ***** ** ** **** ******** ****** *** *** ** ******** ******** *** ** ************* **** **** * ***** *** ** **** ****** ***** ******* **** ** *********** **** ** ***** ** ************

****** *** *** *********** *********** ** ** ****** ******** *** * ******* ** ******** ************* ** ****** *** *** ******** ******** **** ** ******* ** ********* ** ******** ** ******** ** ***** ******* ** ******** ** ******************** ***** **** **** *** ********** *** *** ******* **** ********

********** * * ********* ** ****************** ************* ************** ****** ****** ************ *** ***************

** ***************** ******************* ** ** ** ******* ** **** ****** ** ****** *** ** ****** ***** ****** **** **** * ***** ****** ** ****** *** ** ** **** ****** ********** ** ****** *** ******** ** *** ***** ********** ** ****** *** ** ** ******* ****** ** ***** ***** ** **** ** ***** ** **** ******* ** *** ********** ** *** **** ** ******* ******* ***** ** * * *** ***** **** **** *** ****** ** ****** ** ****** *** ******** *** ***** ** ** ****** *** **** ****** ****** ****** ** ********* **** ** *********** ** *************** **** ************ **** ********** **** ******************

*** ******** ** ****** *** ******* **** ***** **** ** **** ***** ** ** ****** *** **** ** ****** ********** ** **** *** ******* ** ******** ********* ** **** ** ** ***** *** **** ****** **** ** *** ** ******** ******* ** ** **** ** ******* ********** ***** ** ** **** *** ******* ********* ** *** ****** **** ****** *** **** ** ***** ****************** **** ** ***** *** ******* ******* ***** ************ ********************

** ***** ** ***** ***** ** **** **** ******* ** ********** **** **** ** ***** ***** *** ********** ******* *** *** ** ********* ***** *** ** ****** ** ** ************* ******* ** ****** ** **** ************************

**** ********** ** ***** ** ********

Offre exclusive ! Accès illimité à partir de 3,30€/mois

aux articles Sudinfo, LaMeuse, LaNouvelleGazette, LaProvince, NordEclair et LaCapitale

J'en profite Je suis déjà abonné, je m'identifie
Sudinfo

Aussi en

Voir plus d'articles