En ce momentNouveau SudinfoCharleroi - StandardCrise énergétique Accueil

Jules Cocq est le patron de la succursale d’une fabrique d’emballage de Paris qui se trouve à Roubaix. Le dimanche, l’homme a l’habitude de se rendre à Evregnies, dans sa maison de campagne située non loin du village de Dottignies.

Au bout d’un chemin se dresse la bâtisse, il y a là un jardin, une serre, des arbres, un plan d’eau… Cela change des usines et des cheminées qui s’élèvent dans le ciel du Nord.

Pour garder sa maison, le directeur a eu l’idée d’y installer Firmin Grière, son employé aux écritures, et son épouse, Jeannne Houtekier. Le couple, marié depuis trois ans, a un jeune enfant qui peut ainsi grandir au grand air. Cela fait sept mois que le couple vit dans cette maison.

Le dimanche 8 septembre, Jules Cocq arrive à sa maison de campagne à six heures quarante-cinq. Il est accompagné de son cocher, Édouard Vandenschrenken. Alors que son patron entre dans la maison, le jeune homme détache les chevaux de la voiture pour aller les nourrir à l’écurie. Il entend un coup de feu venant de l’intérieur de la maison.

Le cocher court vers la maison, il voit tomber son maître qui se tient le ventre. Jules Cocq est mort. « C’est moi qui l’ai tué, je suis sans force, conduisez-moi à la gendarmerie », crie Jeanne Houtekier, 27 ans, qui tient encore l’arme à feu en main. Le bourgmestre du village est avisé des faits, ainsi que le parquet de Tournai.

Une enquête est ouverte et la jeune femme est interrogée par les gendarmes à la station d’Herseaux, puis par le juge d’instruction à qui elle déclare : « je ne voulais pas le tuer, j’ai eu peur de lui, j’ai perdu la tête, j’ai tiré ».

Elle ajoute : « je ne suis pas coupable, j’ai agi pour défendre mon honneur ».

Une blessure par arme à feu

La jeune femme raconte que, le dimanche précédent, Jules Cocq s’était jeté sur elle alors que son mari était allé raccompagner des jeunes femmes, avec lequel Jules avait passé la journée, à la gare d’Herseaux. Jules est entré dans la cuisine, il l’a plaquée au sol et a déboulonné son pantalon. Il a pris la fuite dans sa chambre quand il a entendu le retour de Firmin.

Ce dernier a fait feint de ne rien voir, voulant éviter le scandale, mais convaincu de la culpabilité de son épouse, il a quitté sa maison le mercredi suivant, emportant avec lui leur enfant âgé de deux ans. « Tout est fini entre nous, tu ne nous verras plus jamais », a écrit Firmin, sur un billet laissé à sa femme.

Durant la semaine, Jeanne a fait plusieurs démarches pour revoir son mari, jusqu’à aller à Herlincourt, village du Pas-de-Calais dont est originaire Firmin. La veille du crime, elle reçut un autre billet de son mari, annonçant la fin de leur relation.

Selon le juge d’instruction, Jeanne paraît surtout affectée de ce que son mari la croit coupable de l’avoir trompé. Elle ne varie pas dans ses déclarations. Plus tard, le cocher est interrogé à son tour et il raconte que son patron a des mœurs un peu légères avec les jeunes femmes. L’amie de la victime, Melle Georgette Vanlaer est auditionné, elle déclare qu’elle ne pense pas que son ami ait pu se rendre coupable de l’attentat dont l’accuse la femme dans le box.

L’autopsie met en évidence une seule blessure par arme à feu, elle se trouve sous le mamelon gauche.

Jeanne Houtekier est renvoyée devant la cour d’assises pour répondre d’un assassinat. Le juge d’instruction Soil a estimé que le crime avait été prémédité et cela a été confirmé par la chambre du conseil, puis par la chambre des mises en accusation. Son procès débuta au début du mois de décembre 1895.

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne pour 3,30€/mois

Je suis déjà abonné, je m'identifie

***** **** *** ** ****** ** ** ********** ******* ******** ************* ** ***** *** ** ****** ** ******** ** ********* ********* * ************ ** ** ****** ** ********** **** ** ****** ** ******** ******* *** **** ** ******* ** ***********

** **** ****** ****** ** ****** ** ********* ** * * *** ** ******* *** ****** *** ******* ** **** ********** **** ****** *** ****** ** *** ********** *** ************* **** ** **** ** *****

**** ****** ** ******* ** ********* * ** ********* ***** ********* ****** ******** *** ******** *** *********** ** *** ******** ******* ********** ** ******* ****** ****** ***** **** * ** ***** ****** *** **** ***** ******* ** ***** **** **** **** **** **** *** ** ****** *** **** ***** *******

** ******** * ********** ***** **** ****** ** ** ****** ** ******** ** *** ****** ************** ** *** *********** ** *** ******* ******** **************** ***** *** *** ****** ***** **** ** ******* ** ***** ***** ******** *** ******* ** ** ******* **** ***** *** ******* ** ************ ** ****** ** **** ** *** ****** ** ************** ** ** *******

** ****** ***** **** ** ******* ** **** ****** *** ******* *** ** ***** ** ******* ***** **** *** ***** *************** *** *** ****** ***** ** **** **** ****** ************* ** ** ******************** **** ****** ********** ** **** *** ***** ****** ******** ** *** ** ***** ** *********** ** ******* *** ****** *** ****** ***** *** ** ******* ** ********

*** ******** *** ******* ** ** ***** ***** *** *********** *** *** ********* ** ** ******* ************* **** *** ** **** *************** ** *** **** *************** ********** ** ******* *** ** ***** ****** ** **** ** **** ****** ***** ** ****** ****** **************

**** ************* ********** ** **** *** ********* ****** *** **** ********* *** ****************

*** ******** *** **** ** ***

** ***** ***** ******* **** ** ******** ************ ***** **** ********** ***** *** **** ***** *** *** **** ****** ***** ************ *** ****** ******* **** ****** ***** ***** ****** ** ********* ** ** **** ************* ***** *** ****** **** ** ******** ** ***** ******** ** *** ** * ************ *** ********* ** * **** ** ***** **** ** ******* ***** ** * ******* ** ****** ** *******

** ******* * **** ***** ** ** **** ***** ******* ******* ** ********* **** ********* ** ** ************ ** *** ******** ** * ******* ** ****** ** ******** ******** ********* **** *** **** ****** ***** ** **** **** ************ *** **** ***** ***** ** ** **** ****** **** *************** * ****** ******* *** ** ****** ******* ** ** ******

****** ** ******** ****** * **** ********* ********** **** ****** *** ***** ********** ***** ** ************ ******* ** ************* **** *** ********** ******* ** ****** ** ****** **** ****** ** ***** ****** ** *** ***** ********** ** *** ** **** *********

***** ** **** **************** ****** ******* ******* ********* ** ** *** *** **** ** ***** ******** ** ********* ******** **** ** ***** *** **** *** ************** **** ***** ** ****** *** ********** ** *** **** ** ** ******* *** *** ****** * *** ****** ** *** ********* **** *** ****** ******* ******** ** ** ******** ***** ********* ******* *** ************ **** ******** ********* ** ***** *** *** *** *** *** ** ** ****** ******** ** ************ **** ********** ** ***** **** ** ****

************ *** ** ********* *** ***** ******** *** **** ** **** **** ** ****** **** ** ******* *******

****** ********* *** ********* ****** ** **** *********** **** ********* ****** *********** ** **** *************** **** * ******* *** ** ***** ***** ***** ************ ** **** * ***** ********* *** ** ******* ** ******** **** *** ** ******* *** ***** ** *********** *** ******* ******* ** ****** ** **** ** ********* *****

Offre exclusive ! Accès illimité à partir de 3,30€/mois

aux articles Sudinfo, LaMeuse, LaNouvelleGazette, LaProvince, NordEclair et LaCapitale

J'en profite Je suis déjà abonné, je m'identifie
Sudinfo

Aussi en

Voir plus d'articles