Le patron de Belgacom Didier Bellens a vendu pour 3,2 millions d’actions de son entreprise

Cela ne constitue néanmoins pas un gain net pour Bellens car il avait acheté ces actions précédemment. On ne sait pas à quel prix et il est donc difficile d’en déduire la plus-value qu’il a pu réaliser.

Les actions font partie de la rémunération de l’administrateur-délégué de Belgacom. Le bilan 2012 indiquait ainsi : « L’administrateur-délégué a choisi de percevoir sa rémunération variable à court terme via un plan d’achat d’actions comportant une réduction de 16,67 %. » Cela autorisait l’intéressé à acheter un certain nombre d’actions à prix réduit. Les actions étaient bloquées pendant un certain temps et ne pouvaient être vendues qu’à des périodes bien précises de l’exercice.

Hasard ou pas, l’opération de mardi est intervenue au lendemain du jour où on apprenait que Belgacom avait été victime d’espionnage.