Des tableaux belges censurés en France: l’artiste wasmois Jeep se révolte

Jeep Novak, de Wasmes, est revenu d’Issy-les-Moulineaux (sud-ouest de Paris) révolté par la censure que ses compatriotes belges avaient subi. « Une personne étrangère à l’organisation a, sous des prétextes troubles, décidé unilatéralement que les œuvres en question n’étaient pas à montrer. Sans concertation aucune, elle les a décrochés et relégués dans une réserve obscure, fermée à double tour », dit-il. « Eve au jardin d’Eden », de Fernand Quino, qui représente une femme posant le pied sur un bébé en larmes, et « Frida », de Jeff Damas, portrait d’une femme trisomique, la main dans la culotte, ont donc été exclues de l’exposition par la responsable de la communication de l’édifice. Il s’agit d’une ancienne chapelle désacralisée.

Résultat, le collectif d’artistes belges « Brussels is NDR GRND » qui avait fait le déplacement a exprimé son dégoût envers cet acte de censure et sa solidarité envers leurs collègues. « Nous avons été stupéfaits. Le choix des œuvres avait fait l’objet de discussions et de réunions avec la commissaire d’exposition bien avant l’événement. Pour nous, c’est un geste violent, une prise d’otage, une atteinte à la liberté ».

Ainsi, sur place, les artistes ont choisi d’accrocher leurs œuvres à l’envers, en guise de protestation et de soutien à leurs homologues belges. Si l’exposition a été maintenue du 13 au 30 septembre, Fernand Quino a remballé ses effets et Jeff Damas a pris soin de recouvrir le sexe de sa muse pas comme les autres d’un drap prêté par le public.

D.B.