Dour: inculpée pour avoir fauché des patates OGM, Marie Smekens échappe finalement à la prison ferme

Après de longues semaines d’attente, Marie Smekens a afin pris connaissance du jugement dans le cadre de l’affaire des pommes de terre OGM arrachées le 29 mai 2011 à Wetteren.

En janvier dernier, Marie avait été condamnée à six mois de prison ferme pour avoir fauché des patates génétiquement modifiées en Flandre. Après avoir fait opposition, elle vient donc d’apprendre la décision de la juge qui a finalement fait tomber les peines de prison ferme en convertissant cela en peines symboliques de trois mois de prison avec sursis. «  Onze personnes étaient inculpées et nous avons tous eu la même peine, sauf deux personnes qui prennent cinq et quatre mois avec sursis. Il s’agit de celui considéré comme étant le chef de la bande ainsi que celui à qui l’on reprochait des faits de violence sur policiers », vient d’expliquer Marie.

Les onze personnes inculpées ont toutes été condamnées pour association de malfaiteurs. «  C’était le chef d’accusation numéro. Ensuite, certains étaient accusés de destruction de barrières ou encore d’arrachage de plants. »

Soulagée d’avoir échappé à la prison, Marie n’est pourtant pas si satisfaite que cela. « On ne nous donne pas tord mais on ne nous donne pas raison non plus puisque nous sommes quand même condamnés, ce qui donne raison au projet de l’université responsable de ces fameuses patates OGM. »

Retrouvez notre dossier complet dans l’édition de ce mercredi.