Chypre: un «nouvel élan» pour la paix est nécessaire

Les États-Unis ont estimé vendredi qu’un «nouvel élan» était nécessaire dans les négociations de paix à Chypre, suspendues depuis plus d’un an, à l’issue d’un entretien entre le président chypriote Nicos Anastasiades et le vice-président Joe Biden à Washington. «Le vice-président (...) a insisté sur l’engagement de longue date des Etats-Unis en faveur d’une réunification de Chypre en tant que fédération bi-communautaire, et a dit espérer l’ouverture d’un nouveau train de négociations intensives sous les auspices de l’ONU», a expliqué la Maison Blanche dans un communiqué. «Les deux dirigeants se sont mis d’accord sur le fait qu’un nouvel élan dans les pourparlers était nécessaire», a précisé l’exécutif américain, dans un communiqué ne faisant pas mention des difficultés économiques de l’île méditerranéenne divisée, qui bénéficie d’un plan d’aide européen de 10 milliards d’euros. Chypre est divisée depuis 1974 entre partie sud (grecque) et nord (turque) depuis que l’armée turque est intervenue en réaction à un coup d’Etat soutenu par le régime des colonels au pouvoir à Athènes. Le gouvernement de M. Anastasiades, dont la souveraineté ne s’exerce de facto que sur la partie sud, est considéré comme le seul interlocuteur légitime par la communauté internationale, hors Turquie.