Des enfants roms «prêtés» pour près de 100.000 euros afin de cambrioler en France et en Belgique

C’était l’ouverture hier d’un procès-fleuve devant le tribunal correctionnel de Nancy. Il devrait durer deux semaines. Vingt-sept Roms de Croatie (des membres de trois familles) sont accusés d’avoir forcé leurs enfants à commettre des cambriolages. Ils sont poursuivis pour association de malfaiteurs et complicité dans une centaine de vols, commis en 2011 par leurs enfants. Ils encourent dix ans d’emprisonnement. Les prévenus, âgés de 19 à 55 ans, dont quinze comparaissent libres, contestent globalement les faits.

Plusieurs des suspects sont également poursuivis pour traite d’êtres humains, après que l’enquête a mis en évidence des transactions entre familles, où certains enfants étaient « prêtés » pour près de 100.000 euros. Une version contestée par la défense qui affirme qu’il s’agissait de dots liées à des mariages, selon leur coutume.

> Retrouvez notre dossier complet dans nos éditions papiers et numériques de ce mardi.