Nizar Trabelsi a été extradé ce jeudi vers les Etats-Unis

La Belgique a obtenu des garanties de la part des autorités américaines sur le fait que Nizar Trabelsi serait jugé par un tribunal de droit commun et non d’exception ou militaire, et que celui-ci ne serait pas condamné à la peine de mort.

Le Conseil d’Etat avait rejeté le 23 septembre un recours de Nizar Trabelsi contre un arrêté ministériel autorisant son extradition vers les Etats-Unis. Ces derniers avaient délivré un mandat d’arrêt international à son encontre le 16 novembre 2007.

L’ancien footballeur professionnel tunisien, qui a été condamné en 2003 à dix ans de prison pour crimes terroristes commis en Belgique (la planification d’un attentat sur la base aérienne de Kleine Brogel dans le Limbourg), se trouvait en détention d’extradition depuis le 23 juin 2012. L’homme a été condamné en Belgique pour terrorisme.

Il est poursuivi aux Etats-Unis pour conspiration dans le but de porter atteinte à la vie de citoyens américains en dehors des Etats-Unis, de tentative d’usage d’armes de destruction massive mais également d’avoir fourni son soutien matériel et des ressources à des organisations terroristes étrangères.

La décision de l’extrader s’est encore basée sur le fait que Nizar Trabelsi n’a pas de permis de séjour en Belgique et que sa demande d’asile politique a été rejetée à deux reprises.

Par ailleurs, la décision ministérielle a été motivée par «l’arrêt du Conseil d’Etat, par lequel tous les recours de droit ont été épuisés, et qui a confirmé la décision d’extradition vers les Etats-Unis», a encore souligné la ministre.