Policiers: hausse du nombre de jours d’arrêt de travail à la suite d’agressions

« Ces chiffres ne nous réjouissent pas », lance d’emblée Eddy Lebon, porte-parole du syndicat policier Sypol. « Il y a bien longtemps déjà qu’on a le sentiment qu’il y a une recrudescence des actes de violence dont des agents de police sont témoins ou victimes. »

Ces chiffres, qui inquiètent, sont issus du rapport annuel « Accidentabilité au travail de la police fédérale » qui vient d’être finalisé. D’abord, si les accidents du travail simples sont en baisse de 2,6 %, le rapport montre que les accidents engendrant des arrêts de travail sont, eux, en forte hausse (+9,3 %) passant de 655 cas recensés en 2011 à 716 cas en 2012.

Mais le rapport devient intéressant lorsqu’on se concentre sur les incapacités liées à des agressions ou des actes de rébellion. En 2012, 147 membres du personnel de la police fédérale ont introduit une déclaration d’accident suite à des faits de violence. C’est onze de plus qu’en 2011. Et la hausse est plus perceptible dans certaines provinces wallonnes comme Liège (2 à 7 cas), le Hainaut(11 à 20 cas) et Namur (5 à 8 cas).

Plus d’informations dans nos éditions de ce vendredi 4 octobre.