La castration à vif des porcelets interdite en 2018

La ministre Laurette Onkelinx (PS), en charge du Bien-être animal, a élaboré un arrêté royal interdisant la castration à vif de porcelets à partir du 1er janvier 2018, a-t-elle indiqué à l’agence Belga, confirmant un communiqué de l’organisation de défense des animaux Gaia qui a remis vendredi une pétition à la ministre. «En Belgique, de nombreux porcelets sont encore castrés à vif pour éviter l’apparition d’une odeur désagréable lors de la cuisson de la viande: l’odeur de verrat. Or la castration des porcs représente une intervention particulièrement douloureuse et traumatisante pour ces animaux», souligne Gaia. Selon l’organisation, des solutions de rechange efficaces à la castration existent bien, rendant cette dernière inutile: laisser les animaux entiers et détecter une éventuelle odeur de verrat sur la ligne d’abattage, ou les vacciner contre cette odeur. La finalisation de l’arrêté royal interdisant la castration à vif des porcelets passe par un feu vert des régions, vu l’impact de cette mesure sur la politique agricole, compétence régionale. Une période de transition est d’ailleurs prévue, correspondant à celle de la «Déclaration de Bruxelles», un texte adopté en 2010 engageant les principaux acteurs du secteur porcin européen à en finir avec cette pratique. La toute grande majorité des chaînes de supermarché en Belgique ont déjà décidé de ne plus vendre de viande de porcs castrés.