Philippe Vande Walle: "Moi, raciste? Je suis encore allé manger un couscous le week-end dernier"

Ce dimanche soir, Philippe Vande Walle avait toujours du mal à comprendre. Comprendre la tournure des événements. Comprendre pourquoi tout s’est si rapidement enchaîné... L’ancien coach des gardiens de la sélection belge tenait, surtout, à pouvoir justifier ses propos qu’il ne voulait en aucun cas racistes.

Philippe, comment vivez-vous la situation?

«Franchement, j’ai bien du mal à saisir l’importance que prend mon tweet. Déjà, j’ai les poils hérissés lorsque je vois des actes de racisme dans les stades de football. Mais me taxer moi de raciste, cela me fait vraiment mal. Ma fille sort avec un Turc et je suis encore allé manger un couscous le week-end dernier. Donc, franchement, me taxer de racisme, c’est totalement faux.»

Comprenez-vous que l’expression «purs Belges» puisse heurter?

«Au moment d’écrire mon message, pas spécialement car ce n’est absolument pas ce que je voulais dire. Avec un peu de recul, je comprends que cela puisse choquer et je tiens à présenter mes plus sincères excuses.»

Qu’avez-vous voulu dire exactement?

«Jeudi, j’ai lu que Marc Wilmots affirmait que le joueur avait tranché et jouerait pour la Belgique. Et samedi, j’ai vu une interview dans un journal néerlandais où il disait encore hésiter. Je voulais simplement dire qu’il était temps qu’il fasse son choix, surtout que de belles choses vont arriver à notre sélection. Être belge est une fierté et ne nécessite pas autant d’hésitations. C’est tout. Mais, je le répète, cela n’est en aucun cas du racisme. Il aurait pu être français, néerlandais, turc ou russe, cela aurait été la même chose!»

Pensez-vous supprimer votre compte Twitter?

Je vais devoir bien analyser ce que j’écris. J’avoue avoir totalement foiré sur ce coup.»