Ligue 1: un PSG impressionnant renverse Marseille à 10 contre 11 (1-2)

Paris SG, réduit à dix sur une décision contestable, a remporté le clasico à Marseille (1-2) et colle à Monaco en tête du classement, alors que Lyon est en crise au soir de la 9e journée de L1.

«L’argent ne fait pas le bonheur», pouvait-on lire sur une banderole marseillaise. Mais jouer à onze contre dix non plus et l’OM pourra méditer cette leçon et se mordre les doigts.

Monaco et le PSG ont désormais tous deux 21 points chacun et l’ASM est seulement leader à la différence de buts (+11 contre +9 aux Parisiens).

Par la faute de cette défaite, Marseille glisse de la 3e à la 4e place, au profit de Lille, là aussi car le LOSC a une meilleure différence de buts (+7 contre +6 aux Marseillais).

Il n’y a pas de bon clasico sans une bonne polémique. Et la cuvée 2013 a été marquée par une décision arbitrale contestable. A la 30e minute, l’arbitre Clément Turpin, après une faute de Thiago Motta sur Mathieu Valbuena dans la surface, a donné un carton rouge au Parisien et a accordé un penalty. Si le penalty est logique --sur les ralentis, Motta, en retard, donne bien un coup sur un pied de Valbuena-- l’exclusion du milieu international italien est très sévère et contestable. Résultat: le PSG a joué à dix à partir de la demi-heure de jeu et André Ayew a ouvert le score sur penalty (1-0, 34e).

A dix, le PSG a enfin joué

Mais le PSG, réduit à dix, s’est alors mis à jouer, ce qu’il n’avait pas fait jusqu’ici, avec un Cavani toujours exilé à droite et un Ibrahimovic parfois relégué dans la peau d’un arrière gauche !

Et du coup, c’est le vrai latéral gauche de métier, Maxwell qui est venu égaliser d’une tête devant un Mandanda en retard dans sa sortie (1-1 juste avant la pause, 45e).

Puis Ibrahimovic a inscrit le penalty (logiquement accordé pour une faute de A. Ayew sur Marquinhos) de la victoire (1-2, 66e). Marseille peut nourrir des regrets.