La Corée du Nord menace les États-Unis d’«une catastrophe atroce»

Le ton est monté d’un cran à Pyongyang depuis quelques jours, après l’annonce la semaine dernière par Séoul et son allié américain d’un plan prévoyant une « dissuasion adaptée » face à la menace nucléaire posée par le Nord.

Des sources, russes et américaines, avaient avancé début septembre que Pyongyang était sur le point de redémarrer un réacteur nucléaire à Yongbyon.

Les manœuvres navales tripartites doivent démarrer aujourd’hui autour de la péninsule coréenne, si la menace d’un typhon est écartée. Les troupes comprennent notamment le sous-marin américain à propulsion nucléaire USS George Washington.

Les troupes nord-coréennes « doivent se tenir prêtes à lancer une opération à n’importe quel moment », a indiqué à l’agence officielle nord-coréenne KCNA un porte-parole de l’armée du Nord.

« Les États-Unis seront totalement responsables d’une catastrophe atroce que rencontreront ses forces d’agression impérialistes », a ajouté KCNA, utilisant le vocabulaire guerrier dont le Nord est familier.

Les manœuvres qui doivent démarrer aujourd’hui sont « un exercice annuel de recherches et de sauvetage, de nature humanitaire », a indiqué un porte-parole des forces sud-coréennes et américaines. La semaine dernière, un haut responsable de la Défense américaine avait décrit ces manœuvres tripartites comme « de plus en plus habituelles ».

La péninsule a connu cet hiver un nouvel épisode très tendu, après l’introduction de nouvelles sanctions internationales à la suite du troisième essai nucléaire réalisé par la Corée du Nord en février.