Les premières victimes du Krokodil, la drogue qui troue la peau, témoignent: "On a failli nous amputer les bras et jambes..."

Nous vous en avons déjà parlé : cette drogue, faite d’un mélange de codéine, de gasoil et d’autres substances toxiques, fait de véritables ravages en Russie. Elle coûte dix fois moins chère que l’héroïne pure et elle offre des effets, selon les neuroscientifiques, bien plus intenses. Elle est surtout partagée entre citoyens moins fortunés, qui préfèrent prendre cette drogue bon marché aux autres substances, plus pures mais moins dangereuses...

Car les effets du Krokodil sur le corps sont terrifiants ! La peau est trouée après quelques semaines, des gangrènes se forment, des ecchymoses se forment sur tout le corps... Tout cela à cause de quelques injections pour se défoncer. Amber et Angie Neitzel, 26 et 29 ans, peuvent en témoigner. Les deux soeurs venues de Joliet, dans l’Illinois, ont accepté de témoigner pour le Daily Mail, pour confirmer les dangers de cette terrible mixture.

Angie a même dû être emmenée à l’hôpital, fin 2011, à cause de sa peau infectée. Elle est restée plusieurs semaines aux soins intensifs : « Je pensais que j’allais mourir sur ce lit d’hôpital ». Amber l’a suivi quelques semaines plus tard à l’hôpital : « Les gangrènes sur mon épaule étaient si graves que les médecins pensaient qu’ils allaient devoir couper une partie de mon bras, mais heureusement ils ont réussi à éviter cela ».

Elles ne s’attendaient pas à de tels effets après avoir pris cette drogue. « Nous pensions qu’il s’agissait de simple héroïne. En fait, c’était même meilleur car c’était moins cher et cela donnait un effet bien plus intense et bien plus fort que de la drogue normale », confie Amber. « Mais cela n’a pris longtemps avant qu’on commence à avoir de terribles infections sur le corps et notre peau s’enlevait littéralement... »

Les demoiselles ont commencé à avoir de terribles maux de tête... « Je n’avais plus d’énergie, je pouvais à peine marcher », explique Angie. « Je ne savais pas d’où cela venait, c’était terrifiant. J’ai été voir des médecins mais ils disaient que c’était simplement une infection à cause des seringues. Un autre a dit que c’était une septicémie, mais je savais que c’était plus grave ».

Les deux filles ont décidé d’arrêter la drogue après plusieurs semaines de piqûres : « On a jeté un sac à dos entier de cette saloperie »... Mais elles ressentent encore les effets du Krokodil, qu’elles allaient acheter dans la banlieue de Chicago, sur leur corps.