Le yeti? Un croisement entre un ours brun et un ours polaire ancestral

Le chercheur a expliqué à la BBC avoir soumis à des tests ADN plusieurs échantillons de poils d’animaux non identifiés récoltés dans l’Himalaya, et les avoir comparés à l’ADN d’animaux connus.

Les résultats ont montré que l’ADN de deux créatures himalayennes correspondait parfaitement à celui d’un échantillon d’ours polaire datant d’il y a plus de 40.000 ans. Cet échantillon concordant avait été prélevé sur une mâchoire trouvée sur l’archipel norvégien de Svalbard, où l’ours polaire a vécu à une période située de 40.000 à 120.000 ans avant aujourd’hui.

« Il y a encore du travail à faire pour interpréter les résultats », a déclaré le scientifique dans un communiqué. « Cela pourrait dire qu’il y a une sous-espèce d’ours brun dans l’Himalaya, qui descend de l’ancêtre de l’ours polaire. Ou alors cela veut dire qu’il y a eu une hybridation plus récente entre l’ours brun et le descendant de l’ours polaire ancestral ».

Le mythe du yeti, mi-homme, mi-singe, a été nourri par des photographies d’empreintes géantes dans la neige, prises dans l’Everest par l’alpiniste Éric Shipton en 1951. L’alpiniste Reinhold Messner avait quant à lui cru apercevoir la bête en 1986. Il avait toutefois conclu, en 1998, que l’animal n’existait pas et était confondu par les gens avec l’ours brun de l’Himalaya.