Les croque-morts volaient les pacemakers des cadavres

Selon la police financière italienne, les cinq employés travaillaient auprès de la morgue de l’hôpital San Salvatore de Pesaro, sur la côte adriatique italienne, où ils s’occupaient des dépouilles des personnes décédées.

Trois d’entre-eux pratiquaient carrément des «opérations chirurgicales» sur les morts pour prélever leurs pacemakers. Ils injectaient ensuite du formol aux cadavres pour les rendre plus beaux, selon un communiqué de la police sur cette opération baptisée «Lazarus», du nom d’un personnage du Nouveau testament rendu à la vie par Jésus.

Les croque-morts se rendaient aussi au domicile des membres de la famille pour leur extorquer de l’argent afin de revêtir les défunts, encaissant jusqu’à 500 euros pour une paire de chaussures, un habit et un rosaire, sans reverser l’argent dans les caisses de l’hôpital.

La police enquête également sur une trentaine d’autres personnes, dont des médecins et des entrepreneurs de pompes funèbres.