L’élève de 11 ans s’était pendu après qu’elle l’ait puni: l’enseignante a été relaxée

«Aucune des lois ou règlements qui posent le principe de la responsabilité des enseignants (...) ne contient une obligation particulière de surveillance (...) au sens du droit pénal», a jugé le président du tribunal. En l’absence de «faute caractérisée» de l’enseignante, «l’élément légal de l’infraction était absent», a-t-il souligné.

La mère du petit garçon, Laure Grimaldi, a néanmoins estimé que le jugement établissait «une faute énorme» de l’enseignante.

L’institutrice de 42 ans, qui a déclaré qu’elle se sentait «moralement responsable», était poursuivie pour «manquement à une obligation particulière de prudence» et «homicide involontaire». Le procureur n’avait toutefois formulé aucune réquisition, estimant qu’il y avait «une faute simple» ne relevant pas de la justice.

Le 26 mai 2011, cette institutrice à l’école Anne-Frank d’Arles avait exclu et envoyé dans le couloir un enfant qui refusait de faire son travail.

Trois quarts d’heure plus tard, l’enfant était retrouvé inconscient, pendu par son T-shirt à une patère du couloir. Il était décédé quatre jours plus tard à l’hôpital.

Selon des témoignages de camarades, Mme Maulard-Lelong avait dit au jeune garçon:«Tu n’as pas un comportement d’écolier, tu ne travailles pas, va avec les manteaux».

Pour la mère de l’enfant c’est cette phrase qui a déclenché l’accident. «Plutôt que de subir une humiliation, il a voulu s’en sortir par une pirouette», a-t-elle expliqué.