Liga: Fabregas et le Barça domptent le Celta Vigo et restent leaders

Les Catalans se sont imposés avec une reprise opportuniste du Chilien Alexis Sanchez (9), un but contre son camp du gardien galicien Yoel (48) et une frappe au premier poteau de Fabregas (54).

Cette victoire leur permet de prendre provisoirement quatre points d’avance sur l’«Atleti», deuxième, et neuf sur le Real, troisième. Les Colchoneros vont devoir faire aussi bien jeudi à Grenade pour rester au contact du leader (19h00 GMT), tandis que les Merengues, défaits par le Barça samedi dans le clasico (2-1), n’ont déjà plus le droit à l’erreur contre le FC Séville mercredi à domicile (21h00 GMT).

Au stade Balaidos de Vigo (Galice), les Barcelonais ont remporté un match très ouvert dans lequel le Celta n’a jamais cherché à se barricader en défense.

Les hommes de Gerardo Martino ont pris les choses en main d’entrée, contrairement à leurs deux précédents déplacements, qui s’étaient soldés par des nuls à Osasuna en Liga (0-0) puis contre l’AC Milan en Ligue des champions (1-1).

Fabregas, titularisé dans l’entrejeu avec Alex Song pour permettre à Xavi et Andres Iniesta de souffler, a récupéré le ballon au pressing, s’est présenté devant le gardien du Celta Yoel et a vu sa frappe repoussée dans les pieds d’Alexis Sanchez, qui a battu le portier pour son sixième but en Liga cette saison (9).

Le même Cesc a ensuite permis au Barça de doubler la mise en début de deuxième période avec une frappe enroulée qui est allée s’écraser contre la barre transversale avant de rebondir sur le dos de l’infortuné Yoel et d’entrer dans le but (48).

Messi sans réussite

L’ancien joueur d’Arsenal a enfin trouvé lui-même les filets adverses à la 54e minute lorsque, lancé par Lionel Messi dans la surface, il a ajusté le gardien d’une frappe du gauche au premier poteau, avant de sortir à la 65e minute au terme d’un match plein.

Très discret sur l’aile droite de l’attaque contre le Real Madrid samedi, Messi s’est montré pour sa part beaucoup plus à l’aise en retrouvant sa position de «faux numéro 9» axial.

Le quadruple Ballon d’Or argentin, retenu dans la matinée parmi les 23 prétendants au prestigieux trophée individuel pour 2013, a enchaîné les combinaisons, les dribbles et les frappes (28, 45, 57, 81, 90+1), mais sans réussir à marquer son 9e but en Liga cette saison.

Les Galiciens, de leur côté, ont eu le mérite d’essayer de rester fidèles au jeu vif et ambitieux prôné par leur entraîneur Luis Enrique, grand ancien de la maison Barça.

Ils auraient pu égaliser à plusieurs reprises en première période sans un Victor Valdes toujours aussi vigilant dans la cage barcelonaise, comme sur ce tir de Charles (27) ou cette frappe signée Rafinha, joueur prêté par Barcelone au Celta (30).

Sur sa seule sortie manquée, Valdes a vu le ballon finir au fond des filets mais l’arbitre a annulé le but pour une faute préalable du Celta (31).

Et le Barça, qui s’impose en ayant laissé au repos plusieurs de ses cadres (Piqué, Mascherano, Neymar, Xavi, Iniesta) a pu tranquillement gérer son match, au cours duquel le seul point noir a été la sortie sur blessure d’Adriano.

Le latéral brésilien a été victime d’une «gêne» à la cuisse gauche, selon le Barça, ce qui risque de priver la club de son seul arrière gauche valide après la blessure musculaire de Jordi Alba, indisponible jusqu’à la fin novembre environ.