Le vainqueur du Tour d’Italie 2012 Ryder Hesjedal avoue s’être dopé lors de ses débuts pros: «J’ai pris le mauvais chemin»

Dans son dernier livre « Yellow Fever », Michael Rasmussen explique qu’il a accueilli trois jeunes coureurs (Chris Sheppard, Seamus McGrath et Ryder Hesjedal) dans ses quartiers en août 2003 et qu’il leur a permis de se doper tout en gardant un taux d’hématocrite juste en-dessous de la limite autorisée par les règlements antidopage en 2003 et 2004. Il affirme même que Ryder Hesjedal aurait remporté la médaille d’or sur la course de mountain bike aux Jeux Olympiques d’Athènes si ce dernier n’avait pas été victime d’une crevaison dans le dernier tour.

Hesjedal a finalement évoqué son cas par voie de communiqué, ce mercredi soir. « J’ai adoré et j’ai vécu pour ce sport mais voici plus de dix ans, j’ai pris le mauvais chemin », explique le Canadien, ancien vététiste et désormais coureur sur route. Il avait notamment remporté le Tour d’Italie 2012, devenant le premier vainqueur canadien du maillot rose. « Je m’excuse sincèrement pour avoir participé à ce passé noir de ce sport. Je serai éternellement désolé ». Reste désormais à savoir ce que la fédération cycliste canadienne ainsi que l’équipe Garmin-Sharp décideront quant au sort de Hesjedal.