Ampleur du subside au Standard dénoncée par le PTB: le président Duchâtelet conteste les accusations

Le président du Standard, Roland Duchâtelet, conteste les affirmations du PTB et souligne que les 125.000 euros accordés annuellement par la Ville au club ne sont pas un subside. « Il y a des contreparties derrière, notamment en terme de publicités, de titres d’accès à des événements, etc. », a-t-il affirmé à l’agence Belga.

Il indique par ailleurs que le Standard paie « entre 5 et 10 millions d’impôts par an » sous forme de TVA, d’impôts sur l’emploi et de taxes locales, en plus de l’impôt sur le bénéfice. « Dire que nous ne payons que 0,19% d’impôts est faux. L’affirmation du PTB est déplorable. » Le PTB visait pour sa part le taux insignifiant d’impôt sur les bénéfices.

Dans un communiqué, le bourgmestre de Liège Willy Demeyer (PS) confirme que des contreparties sont prévues en échange de ces 125.000 euros en termes de visibilité pour la Ville, de formation des jeunes joueurs et d’utilisation des infrastructures du club. Il estime que le PTB oublie de mentionner que le Standard paie différentes taxes communales dont le total « est largement supérieur aux montants octroyés dans le cadre du partenariat. »

Pour le bourgmestre, l’affirmation du PTB est « incomplète et orientée ». Roland Duchâtelet rappelle enfin que le Standard de Liège est « l’une des principales sources de loisirs du pays et de la Wallonie, mais aussi d’emplois. Vouloir s’attaquer à cela est regrettable. »