Le Bicentenaire, star du salon

« De Wallonie, on ne se rend pas compte que le monde entier a l’œil sur le Bicentenaire », indique Paul Furlan, ministre wallon du Tourisme. « Nous avons été impressionnés par l’engouement des Anglo-Saxons, cet événement est vraiment attendu », confirme Yves Vander Cruysen, échevin waterlootois de la Culture. Tous deux étaient présents au World Travel Market de Londres, le plus grand marché mondial du Tourisme, et ont pu mesurer l’attente qui règne autour des festivités du Bicentenaire.

Mais pourquoi commencer la longue marche vers 2015 par Londres ? « Pour les deux années à venir nous avons conceptualisé le thème du tourisme de mémoire », reprend Paul Furlan. « 2014 marquera le Centenaire du début de la Première guerre mondiale et 2015 le Bicentenaire de la bataille de Waterloo, sans oublier le septantième anniversaire de la bataille des Ardennes. Les Anglo-Saxons, qu’ils soient Américains, Australiens, Britanniques, sont très demandeurs de ce genre de tourisme. Comme ils ont été impliqués dans des guerres, mais qu’elles n’ont pas eu lieu sur leur territoire, leur histoire se trouve d’une certaine manière à l’extérieur de leur frontière. » Le World Trade Market était donc l’endroit idéal pour lancer la campagne de promotion du Bicentenaire. Le ministre y a ainsi présenté la Route Napoléon, qui verra le jour en 2014 (voir ci-dessous). L’offre touristique wallonne autour du Bicentenaire se composera également d’une édition spéciale du guide Michelin, dans la collection « Les champs de bataille. »

Satisfaction générale

Yves Vander Cuysen est reparti satisfait de ce court séjour londonien. « Dans notre stand, les différentes forces de la province étaient réunies. La Maison du Tourisme de Waterloo et la Fédération du Tourisme de la Province du Brabant wallon étaient présentes. Tous les acteurs du tourisme mondial étaient là. Nous n’avons pas arrêté une seconde, les rencontres ont été nombreuses, c’est bon signe. » Au rayon des anecdotes, Yves Vander Cruysen a même rencontré « des tour-opérateurs qui nous ont confié que 400 ou 500 personnes ont déjà réservé leur place dans des Airbus A380 pour être sûrs d’arriver à temps. »

Davide Cacciatore