Israël accepte de ne pas transférer l’aide de l’UE aux territoires occupés

Israël a finalement accepté le principe du non transfert aux territoires occupés de l’aide européenne qui lui est destinée, dans le cadre des négociations sur la coopération scientifique israélienne avec l’Union européenne, rapporte mercredi le quotidien Haaretz. «Israël reconnaît pour la première fois la politique européenne n’autorisant pas le transfert de fonds européens aux organisations opérant dans les colonies», écrit le correspondant diplomatique d’Haaretz. Israël a admis ce principe dans une «proposition finale présentée à l’Union européenne sur la formulation de l’accord relatif à la coopération scientifique d’Israël et à sa participation (au programme de recherche et développement de l’Union européenne) Horizon 2020», explique-t-il. L’UE a publié le 19 juillet des lignes directrices disposant qu’à partir de 2014 tous les accords avec Israël portant sur une aide de l’UE devront spécifier qu’ils ne s’appliquent pas aux territoires occupés depuis 1966 (Cisjordanie, Jérusalem-Est, bande de Gaza et Golan).